Monica Label
1 février 2014 - MusiquesNo Comment   //   2030 Views   //   N°: 49

Musique pour allumés !

On lui doit un style de danse nouveau, le latino-tropical, déclinaison « mafana » de samba brésilienne et de kizomba angolais. Le mode d’emploi est inscrit dans son premier album « Allumez et swinguez ». De quoi secouer le dancefloor et le popotin jusqu’au bout de la nuit.

Sans l’art de bouger le popotin, la mozika mafana (littéralement musique chaude), serait-elle ce qu’elle est ? Oui sans doute, mais avouez que vous seriez rudement déçus ! Car c’est grâce à cet incomparable instrument rythmique (boum-boum-badaboum ou tambour callipyge) que la folie tropicale s’empare des boîtes de nuit et des bals poussière les vendredis et samedis soirs, vous laissant tout pantelant et sans un poil de sec quand la musique s’arrête. Ajoutez-y souvent – pas toujours ! – une voix à la hauteur des contorsions, et vous voici en présence de ce que l’on appelle chez nous une reine de la musique tropicale, qu’on parle kawitry, salegy ou coupé-décalé. Pas de panique, il y en a un peu près autant que d’orchestres mafana, mais c’est ça dans le fond (sans jeu de mots) qui est chouette avec la musique tropicale.

La reine dont il est question ici, de son vrai nom Monica Fleurisse Lala Andrisoa, nous vient du Nord, une région où la concurrence est assez acharnée (Enancia, par exemple, la reine du ragga, dont nous vous parlions dans notre édition de septembre), mais c’est normal quand on sait que les grosses pointures du genre, façon Vaiavy Chilla, en sont originaires. #MonicaLabel a quant à elle choisi d’officier dans un style bien à elle, le latino-tropical, savant cocktail nous explique-t-elle de samba brésilienne, soukous zaïrois, kizomba angolais et salegy malgache. Autant dire que ça fait boum par où ça passe ! Sans doute pas aussi trépidant que le salegy môtro venant de la même région Diana, car la samba vient mettre un peu d’ordre à tout ça, mais très déhanché quand même !

Pour s’en faire une idée, rien de mieux que d’aller voir dans Allumez et swinguez, son premier album encore tout chaud des studios, puisque sorti en octobre dernier. Du titre éponyme Allumez et swinguez à Latino Africa ou Lehilahy manam-bola, la belle sait parfaitement où nous amener danser, « dans ce creuset afro-américain où sont nées les plus belles musiques du monde », estime-t-elle. A la saccade africaine répond le chaloupé latino-américain, et tout cela donne un album très cohérent du début à la fin. Mais ce serait une erreur de parler d’album de débutante, car avant de voler de ses propres ailes, Monica Label s’est distinguée dans pas mal de formations diverses comme Feon’Ala ou SK Mélodie dont elle était la chanteuse principale. On l’a également vue, comme Black Nadia, danseuse de Tence Mena, des artistes dont elle se sent toujours proche.

L’étiquette mafana n’impliquant pas, comme certains le croient, un QI inversement proportionnel à la rapidité du tempo, notons que la mignonne est détentrice d’une licence en marketing international et qu’elle a travaillé un temps comme assistante commerciale. Ce qui lui a sans doute donné l’idée de proposer ses services d’animatrices de soirées privées aux entreprises. C’est un poil plus guindé que le bal poussière, mais grâce à elle les dîners de fin d’année organisés par le patron prennent une autre tournure ! D’autant qu’elle est capable d’intervenir à la demande sur tous les registres, de Vicky Leandros à Michelle Torr en passant par Mireille Mathieu. Et ça, c’est chaud !

COMMENTAIRES
Identifiez-vous ou inscrivez-vous pour commenter.
[userpro template=login]