Vous pouvez répéter la question ?
31 mars 2016 - Fanahy gasy commentaires   //   772 Views   //   N°: 75

« Aleo manontanitany foana hihomehezana, toy izay manaonao foana ho tezerana » : Vaut mieux poser des questions jugées idiotes au risque d’être ridicule, que faire des erreurs et se faire engueuler. 

Décidément ces Ntaolo (Anciens) ont été de grands observateurs, pertinents dans leurs remarques sur la vie en société, pour la plupart encore valables de nos jours. Effectivement ne remarque-t-on pas que bien des fautes regrettables auraient pu être évitées si l’on avait essayé de cerner un peu plus le sujet qui nous intéresse avant d’agir ? En l’occurrence, en demandant son avis à celui qui est supposé détenir le savoir, ou en lui posant des questions pour être mieux éclairé sur le sujet.

Seulement on ne l’a pas fait de peur d’être mal jugé ou d’être moqué. Mais la véritable idiotie c’est justement de n’avoir pas posé les questions. Pourtant, on avait sûrement déjà des doutes et des zones d’ombre au départ. Alors, pourquoi ne pas demander ? Par orgueil ?

Par honte ? Le dicton recommande justement de dépasser ce genre de considération, afin d’en savoir plus sur ce qu’on va entreprendre.
 

Particulièrement, je m’adresse ici à nous les Gasy avec notre attitude négative, notre hena-maso (la peur du regard de l’autre), jamais justifiée, un complexe qui nous fait tant de mal… En cela, ce sont les enfants qui nous donnent le bon exemple, en posant beaucoup de questions pour satisfaire leur curiosité. Nous trouvons quelquefois ces questions futiles ou bébêtes, mais il faut avoir la bonne attitude : les satisfaire et surtout ne pas les rabrouer. Car le développement de leur intelligence passe par là.

C’est la hiérarchie qui pose en fait problème. Car si on ne pose pas la question à son supérieur, le résultat de l’entreprise peut foirer. Auquel cas on est en faute et on peut s’attendre à une engueulade. Mais si le supérieur hiérarchique, qui ne peut tout savoir, se retient de poser lui aussi des questions par vanité ou arrogance, les conséquences seront tout autant déplorables et regrettables. Et il n’y a plus personne à réprimander. Le dicton nous recommande donc de toujours poser une question quand on cherche à éclairer sa lanterne. Fi des petits problèmes d’ego ! Après tout, comme le dit un autre dicton malgache : « On ne va pas nous gifler pour une demande ! » Reste alors à ne pas faire comme certains, qui posent des questions mais n’écoutent pas la réponse.

A LIRE AUSSI
COMMENTAIRES
Identifiez-vous ou inscrivez-vous pour commenter.
Fermer