Un coup de pied au c… n’a jamais fait de mal à personne !
3 mars 2017 - Fanahy gasy commentaires   //   871 Views   //   N°: 86

Voici un adage ancien qui vaut pour toutes les époques et toutes les latitudes : « Tsy misy mamy hoatry ny zanaka, fa rehefa manalki-nono, akifika » ( Il n’y a pas plus adorable pour une mère que son bébé, mais quand il mord sa mamelle, elle le repousse violemment).

On dit qu’il n’y a pas d’amour plus authentique et intense que celui développé entre une mère et son enfant. Sans doute. Quoi de plus précieux que le produit de sa chair ? De tous les amours, c’est aussi celui qui trompe le moins, en tout cas jusqu’au moment où le cher amour s’en ira voler de ses propres ailes en quête de sa propre moitié Seulement il arrive qu’il y ait comme une fausse note dans cette relation si fusionnelle, et cela lorsque le chérubin avide de lait en vient à mordre la mamelle nourricière.

Certainement pas délibérément, par plaisir de faire mal, plutôt par un accès de gourmandise ou simplement pour tester ses jeunes incisives en train de pousser ! Cela fait tellement mal que la mère a le réflexe de le repousser avec véhémence, voire de le réprimander ou de le corriger d’un pan-pan-tu-tu rageur. Rassurez-vous, rien de grave, inutile d’appeler la cellule de soutien psychologique, cela ne risque en rien d’altérer l’adoration qu’elle porte à son petit.

Dans la seconde qui suit, elle le submerge de caresses et de bisous.

Cela n’est pas sans faire penser à un autre dicton : Ny zanaka tiana tsy tsitsina rotsa-kaza (On ne doit pas ménager la fessée pour un enfant aimé), l’équivalent occidental du « Qui aime bien châtie bien ». C’est de l’éducation à l’ancienne, certes, pas très en faveur en ces temps de psychologisme à tout crin qui nous enseignent que le pan-pan-tu-tu est susceptible d’engendrer bien des traumatismes sur le développement de l’enfant. N’en n’avons-nous pas un aperçu troublant dans les « Confessions » de Rousseau, devenu un adepte de la fessée érotique après un traumatisme de la prime enfance ?

C’est un fait, l’éducation actuelle privilégie l’échange et la communication verbale sur la punition corporelle. La colère n’étant jamais bonne conseillère, on ne peut que souscrire à cette pédagogie, étant entendu par ailleurs qu’ un bon coup de pied au c… n’a jamais fait de mal à personne !

A LIRE AUSSI
COMMENTAIRES
Identifiez-vous ou inscrivez-vous pour commenter.
Fermer