Tsiroanomandidy, ce Far West Malgache par Hajanirina Rakotomalala – Etudiant en Histoire
14 mai 2024 - HistoireNo Comment   //   156 Views   //   N°: 172

Intégré dans le royaume sakalava du Menabe, un des puissants royaumes à Madagascar depuis le XVIIème siècle dominant toute la partie occidentale de l’Île, Tsiroanomandidy était une terre vide d’hommes. C’est à partir de 1822 qu’elle commence à recevoir de migrations internes, jusqu’à nos jours.  La ville de Tsiroanomandidy était terre d’accueil des sujets du roi Radama I (1810-1828) puis aménagé et assaini dans les années 1930 pour devenir un creuset de migrants jusqu’à nos jours. Son visage actuel date des années 1970. Cet article, avec quelques photos à l’appui, retrace l’histoire ainsi que  l’évolution du paysage de la capitale de la région Bongolava, toujours ville de migrants, d’élevage et comptoir. D’autant plus que la ville avait 200 ans en 2022.

T10 n°71,
Marché aux boeufs à Tsiroanomandidy, 1957,

Bibliothèque Nationale de Madagascar

TSIROANOMANDIDY, VILLE DE BOVIDÉS
​Une des caractéristiques de la ville de Tsiroanomandidy est qu’elle est essentiellement une ville commerçante. Disposant d’un marché communal, le tsena be, des grandes figures commerciales ainsi que des commerçants ambulants animent le commerce quotidien dans la capitale de la région Bongolava. La spécificité du district est aussi le fait  qu’il dispose d’un grand marché de zébu où sont transités  des milliers zébus destinés à être vendus à Antananarivo et des fois à l’exportation chaque semaine.

Tsiroanomandidy est le centre de commerce de bovidés le plus important et réputé durant la colonisation jusqu’à nos jours. Tout au long de la colonisation, cette réputation est due aux présences des éleveurs malgaches, aux colons éleveurs et à la zone de naissage de Kianjasoa. Cette dernière créée en 1928, à Mahasolo au sud-est de la ville, sur un vaste terrain s’étend sur 6000 hectares. Autrement appelé Centre de Recherche en Zootechnique de Kianjasoa, la Ferme est rattachée au Service de Vétérinaire et est axée sur l’élevage des équidés et sur l’amélioration génétique du zébu local et des pâturages. 

T10 N°83,
Foire à boeufs à Tsiroanomandidy, 1961,

Bibliothèque Nationale de Madagascar

Lors du marché à bœufs tous les vendredis, la ville de Tsiroanomandidy  se colore, se bariole et s’agite de la veille.  Dès le lever du jour, des bandes de bœufs se concentrent au marché, à Mahazoarivo à l’ouest de la ville. Les bœufs arrivent par troupeau, de 20, 30 même à 80. Ils viennent des villages environnants, d’autres de loin, d’Ankavandra, de Morafenobe, d’Antsalova, de Maintirano et même de Besalampy. Chaque vendredi, le marché accueille 400 à 700 voire 800 bœufs sur le vaste terrain et presque les 90% en sont vendus. Le prix d’un bœuf s’évalue entre 28, 40 et 42 francs et selon ses poids.

Les bœufs issus de la Ferme de Kianjasoa et des colons sont appréciés du fait de leur alimentation suivie ; ils sont achetés à plus de 300 francs à l’époque. Les bœufs de qualité sont achetés par la conserverie de viande SEVIMA ou Société d’Exploitation de la Viande à Madagascar.  De nos jours,  un bœuf moyen pèse 300 kg, un gros va dans les 500 kg et d’autres atteignent 800 kg et vendus entre 1 500 000 Ariary et 2 000 000 Ariary. Certains sont convoyés pour suppléer l’insuffisance numérique pour les labours dans l’Est et d’autres acheminés à Antananarivo pour la consommation urbaine. 

FR ANOM 8Fi2619, Jour de foire, 1935,
Archives Nationales d’Outre-mer (ANOM), France

LES FOIRES À BŒUFS DE TSIROANOMANDIDY
L’administration coloniale institue des foires annuelles dans le chef-lieu du district que participent tous les villages rattachés. Elles illustrent le mécanisme des opérations commerciales et favorisent la rencontre de quantité des gens et par ce les brassages assurent une homogénéisation des coutumes et des modes. Elles permettent à une pédagogie commerciale et à cibler les potentialités économiques du lieu où elles se tiennent. Organisées pendant trois jours, les foires de Tsiroanomandidy ont lieu entre le mois d’avril et août, périodes favorables aux bœufs et saisons de récoltes. 

Lors de l’évènement, la ville est en liesse et devient un lieu de tout déplacement. Objet de réjouissances, la foire occasionne une frénésie de paraître, les participants s’endimanchent et se drapent de lamba fotsy ou toge blanche comme ce qu’on voit sur la photo en date de 1935. Ils accordent au Gouverneur général Léon Cayla un accueil solennel, venu inaugurer à Tsiroanomandidy le pont métallique de Mandalobe le 15 juin 1935. Lors d’une foire, les bœufs présentés s’élèvent jusqu’à 30 000 têtes. 

A LIRE AUSSI
COMMENTAIRES
Identifiez-vous ou inscrivez-vous pour commenter.
[userpro template=login]