Tsar’ B Mi
16 décembre 2013 - SortiesNo Comment   //   3502 Views   //   N°: 47

Vraiment très bon !

Ouvert depuis 2010, Le Tsar’ B Mi (littéralement « vraiment très bon ») propose une authentique cuisine tananarivienne, métissée d’influences chinoises et européennes. Un peu plus que ce que l’on attend d’habitude d’une gargote, et pour cela à recommander chaudement !

Romazava sy hen’omby (bouillon de brèdes et viande de zébu), Ravitoto sy henakisoa (manioc pilé et viande de porc)… les amateurs de cuisine malgache ne sont certes pas déçus en poussant la porte du Tsar’ B Mi, dans le quartier d’Ambodifilao. Ce nom quelque peu intriguant est le raccourci phonétique de tsara be mihitsy (vraiment très bon). « C’est en entendant mon petit-fils de 3 ans prononcer ces mots de cette façon que j’ai eu l’idée d’en faire mon enseigne. Plus tard, j’ai appris que c’est également une formule de politesse très répandue à l’est du pays », explique Sahondra Andrianjatovo, la gérante. Bref, une façon savoureuse de signifier qu’ici on est « condamnés à bien manger » et que c’est toujours très bon ! D’autant que Mme Sahondra qui organise le #service en salle avec ses collaborateurs, officie également aux cuisines.

« On sert une cuisine sans prétention, une cuisine de gargote on va dire, mais préparée avec les meilleurs produits, j’y veille personnellement », souligne la maîtresse de maison. En dehors des plats typiquement malagasy, on trouve au menu le désormais classique mi-sao, les soupes chinoises, le riz cantonnait et le tsok (soupe de riz). Également des spécialités européennes comme les spaghettis, ainsi que quelques propositions plus orientées snack. Du côté des jus maison, les fruits de saison sont à l’honneur : corossol, fraise, framboise… pour tous les goûts. Une approche multiculturelle ou métisse de la cuisine qui plaît visiblement à une clientèle d’habitués constituée autant de Malgaches que d’étrangers. « Une capitale se doit d’être ouverte au monde et plus cosmopolite dans ses goûts que l’intérieur du pays, c’est ce que j’essaie de faire dans ma cuisine », explique doctement Mme Sahondra. Avec évidemment un « prix gargote » défiant toute concurrence. Depuis mi-octobre, le Tsar’ B Mi développe un coin snack pour les clients qui n’ont pas le temps de s’asseoir : on s’y fait servir de délicieux nems, dodus à souhait, à grignoter sur le pouce.

Ce savoir-faire universel, Madame Sahondra le doit à son expérience de plusieurs années auprès de cuisiniers chinois. « J’ai observé leurs méthodes de travail et je m’en inspire toujours pour créer mes plats. Sans prétendre à la grande #gastronomie, j’aime apporter une petite touche artistique. Je mets un point d’honneur à ce que la présentation soit à la hauteur de l’hygiène, c’est-à-dire irréprochable. Les plats les plus demandés sont à base de porc ou de bœuf. Mention spéciale pour les délicieuses langues concoctées par la patronne. « Mes clients raffolent de mes langues de bœuf en sauce accompagnées de petits pois et de haricots. Elles sont cuites à la cocotte-minute pendant quatre heures, et de ce fait très tendres… on pourrait les manger sans mâcher. » Et selon les caprices des arrivages, il y a toujours des surprises au menu : de l’anguille ou des cuisses de nymphes, par exemple, histoire d’avoir toujours une bonne raison de s’attabler au Tsar’ B Mi.

Joro Andrianasolo

COMMENTAIRES
Identifiez-vous ou inscrivez-vous pour commenter.
[userpro template=login]