Toi mon toit !
16 janvier 2017 - Fanahy gasy commentaires   //   994 Views   //   N°: 84

« Trano atsimo sy avaratra izay tsy mahalena hialofana » : « Deux maisons voisines, celle qui a la toiture étanche abrite l’autre. » Voici un proverbe qui traduit par excellence ce que l’on appelle le « fihavanana » la bonne relation entre les êtres.

Une petite explication s’impose. Dans les temps anciens, il n’y avait pas de constructions en dur, les maisons ou plutôt les cases étaient en bois et les toitures en fibre végétale. Si ces dernières n’étaient pas bien disposées, l’eau de pluie filtrait sur les habitants du foyer. Ce genre de construction est toujours en cours dans bon nombre de régions côtières de Madagascar, vaillent que vaillent les cyclones qui régulièrement les balaient. Dans de pareilles conditions, comment vivre sans s’entraider entre voisins ? Malheureusement, l’individualisme est la valeur dominante, surtout en milieu urbain où l’on peut crever dans la rue sans que quiconque vous porte secours… Plus aucune solidarité entre voisins, on s’évite, on s’ignore ; La pluie ou la foudre peuvent tomber à côté, qu’en ai-je à faire ? Je suis bien au sec, pourquoi ferais-je rentrer ces gens chez moi ?

De là surgit un autre dicton : « Mahantra be fihantrana ka hifindran’ny aretiny » qu’on peut traduire par : « Un pauvre, plein de compassion pour un misérable, risque lui aussi de tomber dans la misère. » Dans ce dicton, on remarque un certain illogisme : comment un pauvre peut-il porter secours à plus pauvre que lui sans risquer de tomber dans la misère ? Si l’individualisme est une tendance malgache d’aujourd’hui, il n’y a qu’à se référer à l’enseignement des Anciens pour comprendre qu’il ne nous mène à rien ou à pas grand-chose.

A LIRE AUSSI
COMMENTAIRES
Identifiez-vous ou inscrivez-vous pour commenter.
Fermer