« Tirer les leçons du passé »
1 décembre 2016 - Tribune commentaires   //   1267 Views   //   N°: 83

Les opinions exprimées dans cette page n’engagent que leurs auteurs. no comment® se désolidarise de tout contenu politique ou religieux, sectaire ou partisan.

En 56 ans, l’économie du pays n’a cessé de régresser. Pour mieux en comprendre les raisons, Finance Technology Human Resources Management (FTHM) Consulting a organisé une exposition du 23 au 30 octobre à l’Alliance française de Tananarive, en collaboration avec l’Université d’Antananarivo. Rétrospective sur la traversée économique de Madagascar depuis 1960.

Il n’est pas à cacher que la Grande Île figure parmi les pays les plus pauvres au monde. 90 % de sa population survit avec moins de 6 000 ariary par jour (2 dollars). De nombreuses causes peuvent expliquer cela mais on retient surtout les crises politiques qui se répètent et entraînent le pays dans un cercle infernal d’ascension et de régression. Rappelons que depuis la déclaration de l’indépendance de 1960, il y a eu pas mal d’opportunités pour booster notre économie comme la politique libérale. Une relation économique étroite a été nouée avec l’extérieur, surtout la France au sein de la zone franc. La période 1972-75 a été marquée par la ratification de la charte de la révolution socialiste impliquant la tentative de malgachisation et de nationalisation des grandes sociétés malgaches mais qui était, hélas, voué à l’échec. En 1980, une politique d’ajustement structurelle, notamment l’ouverture à l’international, a été mise en place mais qui s’est soldée par une crise politique en 1991.

Si l’année 1995 affichait un environnement économique propice avec la présence massive des bailleurs de fonds, la crise de 2002 a de nouveau mis à mal le pays. En 2003, on a assisté à une nouvelle reprise économique avec le programme Madagascar Action Plan qui a suscité l’intérêt des investisseurs. Mais rebelote, la crise de 2009 a compromis le redressement économique en conduisant Madagascar à perdre de grands marchés internationaux dans les secteurs artisanat, tourisme et textile. La suspension de l’African Growth and Opportunity Act (AGOA) a bloqué l’exportation des produits textiles vers les Etats-Unis et a entraîné une perte de 30 000 emplois. Par ailleurs, le nombre de touristes étrangers a diminué de moitié en 2009 contre les 375 000 arrivés en 2008. Quant au secteur éducatif, les familles rencontrent jusqu’à présent des difficultés financières à envoyer leurs enfants à l’école.

Les crises politiques de 1991, 2002 et 2009 ont eu d’énormes répercussions sur l’économie de la Grande Île. Durant celle de 1991, le produit intérieur brut (PIB) a régressé de 6,3 %, de 12,4 % en 2002 et enfin de 3,7 % en 2009. Même si aujourd’hui nous assistons à une timide reprise économique, il faudrait tirer les leçons du passé pour mieux construire un futur économique prospère.

Sandrine Rakotovao
FTHM Consulting

FTHM consulting est un cabinet spécialisé dans le conseil en stratégie, management et services d’externalisation. Le rôle de FTHM n’est pas de redresser l’économie de Madagascar mais de contribuer à l’accompagnement des entreprises et des projets de développement malgré un contexte économique difficile.

COMMENTAIRES
Identifiez-vous ou inscrivez-vous pour commenter.
Fermer