Tex constructeur de vélos : Il en connaît un rayon !
12 novembre 2015 - Métiers commentaires   //   1622 Views   //   N°: 70

Il n’y a pas si longtemps, un ancien Président posait fièrement avec sa vieille bécane, témoin nostalgique de ses débuts modestes. Tex, l’autodidacte, pourrait en faire autant, si ce n’est qu’il ne s’est jamais vraiment rangé des vélos…  

Perdu au milieu d’un imbroglio de tas de ferrailles, Théophile Randrianaritsimba – Tex pour les intimes – bichonne à longueur de journées des vélocipèdes. Cet ancien ouvrier avait l’habitude d’aller au boulot à vélo, il a donc commencé par faire des réparations ici et là, avant de décider, en 2006, d’en faire son métier. « J’ai d’abord commencé par assembler des pièces, ensuite j’ai appris à monter une bicyclette de A à Z, et enfin j’ai acheté des vélos d’occasions pour les revendre ensuite. » Petit à petit, il accumule selles, guidons, rayons, braquets et pédales qu’il chine au marché d’Anosy Be ou à Tsaralalàna, et finit par créer sa petite entreprise installé au marché d’Ivato. Particuliers, professionnels, voire sportifs se ruent littéralement sur son petit magasin en tôle qu’il fait tourner avec sept employés.

« Certes, on se met de la graisse partout, mais c’est un business juteux. Je vends mes vélos entre 140 000 et 500 000 ariary, selon l’état initial des pièces. » Bien que construit de façon artisanale et souvent de bric et de broc, chaque vélo est garanti par le constructeur, Tex en personne. L’examen de ses pièces reviendrait à faire un tour du monde des constructeurs de vélos, autant dire qu’il est malgache « C’est bien connu que les VTT vita gasy supportent n’importe quelle routes, même les pistes les plus impraticables. Je n’en dirais pas autant des modèles importés flambant neufs », lance Tex tout occupé à vérifier les patins de freins d’un modèle « reconditionné » presque achevé.

Sa technique commerciale ?
Le « bouche à oreille ». Et surtout un solide bon sens. « Je conseille toujours à mes clients de choisir le vélo comme moyen de transport, car c’est écolo, pas besoin de carburant, et en plus on fait du sport ! » Encore un dont on ne pourra pas dire qu’il pédale dans le ravitoto !

COMMENTAIRES
Identifiez-vous ou inscrivez-vous pour commenter.
Fermer