Télé-réalité : Big Brother & Mr Slam
14 janvier 2012 - Non classé commentaires   //   924 Views   //   N°: 24

L’univers télévisuel est sans doute ce qu’il a de plus opposé à l’art spontané et citoyen du slam. La confrontation entre les deux ne pouvait donc se faire qu’au prix d’un énorme éclat de rire… 

Grâce aux tournois de slam organisés tout au long de l’année par l’Institut français de Madagascar (IFM), le public malgache est aujourd’hui largement familiarisé avec ce nouvel art oratoire qui tient à la fois du spectacle vivant et de la poésie ouverte à tous. Un moyen d’expression introduit depuis peu sur la grande île (en 2005 exactement, par le slammaster Pilot le Hot), mais qui n’en finit pas de se renouveler et de nous étonner. Ainsi du spectacle Télé-réalité qui a été présenté le 26 novembre dernier à l’IFM d’Analakely par un collectif de sept jeunes slameurs, à savoir : 

System D, l’actuel champion de slam de Madagascar, Elisa Miary, la révélation de l’année 2010, les frères Conan et Barry Benson, Aina Narcisse, Gad Ben Salem et Anthony Michel, dit Thony. Leur objectif était d’intégrer tous les ressorts du théâtre à un pur spectacle de slam, ce qui a nécessité, au préalable, un bon mois d’apprentissage scénique et d’écriture intenses. « On voulait garder ce qui fait la particularité du slam, sa spontanéité, mais la mettre au service d’une scénographie très construite », explique Andry Rakotomalala, dit Barhone, comédien au sein de la Compagnie Miangaly et metteur en scène du spectacle.

Comme l’indique le titre, le thème choisi par le collectif est l’univers télévisuel : une critique acerbe, portant aussi bien sur des émissions malgaches qu’étrangères, mais jamais dénuée d’humour. « Il est clair que le spectacle télévisuel est le contraire de ce que nous promouvons lorsque nous faisons du slam. Il était intéressant de le caricaturer avec nos mots de slameurs. » Une mise en scène d’une très grande qualité, car en plus de jouer avec les mots, les sept comédiens n’hésitent pas à recourir à tout un éventail d’expressions faciales et corporelles à se tordre de rire. Les émissions sont parodiées avec brio, qu’il s’agisse de la météo, du jeu Questions pour un champion ou du journal télévisé avec son déferlement quotidien de bonnes et mauvaises nouvelles. « Le but était de faire réagir le public sur l’énormité des choses qu’il ingurgite quand il devient un téléspectateur passif. En somme, le contraire de ce que nous défendons en terme de culture partagée et de liberté d’expression », note Andry. Presque un spectacle de café-théâtre dans la grande tradition des Coluche, sauf qu’il s’agissait bien de slam et de poésie. Une expérience que le collectif entend prolonger prochainement par des représentations en province.

A LIRE AUSSI
COMMENTAIRES
Identifiez-vous ou inscrivez-vous pour commenter.
Fermer