Stéphane Thamin
15 novembre 2014 - EscalesNo Comment   //   3071 Views   //   N°: 58

Il voyage en solidaire

Vous avez dit tourisme solidaire ? C’est précisément ce que Stéphane
Thamin, directeur de l’agence de voyage Mahay Expéditions, aspire à développer à Madagascar. Un pays qu’il connaît sur le bout de ses doigts depuis plus de dix ans qu’il le pratique. 

« Mon associé malgache a choisi le nom de Mahay qui renvoie à une connaissance  à la fois naturelle et authentique, comme celle que nous proposons à travers  nos séjours solidaires. » Au programme, des visites d’associations et une véritable implication  des touristes dans la vie des villages traversés. Le circuit se fait par groupe de six personnes  au maximum, on est loin également du tourisme de masse. Titulaire d’un brevet d’Etat d’accompagnateur en montagne, Stéphane Thamin a ouvert ses premiers circuits en avril 2014. Ici, tout peut se faire par Internet, la réservation comme le choix du circuit et des associations à visiter. « J’ai eu comme ça un couple de touristes qui pu visiter le  canal des Pangalanes, tout en prenant connaissance des activités de  l’association L’Homme et l’Environnement qui travaille pour la conservation de ce site. Ils étaient partis pour voir des lémuriens  et ils se sont retrouvé avec un primatologue pendant deux  jours en bivouac en pleine forêt ! » L’idée est faire sortir les touristes des sentiers battus,  balisés par tous les guides de voyage, autrement dit de présenter une offre alternative à celle des grands parcs.

 

Le touriste solidaire n’hésite pas à apporter  sa contribution au développement local via les associations qu’il rencontre. « Verser 80 000 ariary à Avima (Association villageoise de Madagascar) pour  une visite de 24 heures, ça peut paraître cher, mais cette somme permet de financer bien des projets, comme la formation des villageois à l’accueil touristique », fait valoir Stéphane Thamin. Et ici l’argent ne risque pas de s’évaporer : la comptabilité suit au centime près à quoi ou à qui il est destiné. Passionné de Madagascar, il a découvert le pays en 2003 en voyageant sur la RN7. Touché par l’authenticité du pays Zafimaniry, il décide d’y revenir plusieurs fois chaque année. Onze ans plus tard, sa connaissance exacte de l’île lui permet de proposer des formules de voyage  tout à fait originales et utiles au développement des populations.

Son dernier grand projet solidaire vient de se faire sur le site de financement  participatif  Ulule : il porte, pour un montant de  5 500 euros, sur la fabrication d’ici février 2015 de séchoirs à  fruits et de cuiseurs à économie de bois avec deux formateurs français envoyés par Pro-Paille et Solafrika. Pour  s’assurer de l’utilité de ces équipements, il a été questionner les habitants de la brousse sur leurs besoins réels. « Face aux dégâts de la déforestation, la solution d’un cuiseur à économie  de bois est pertinente, surtout que ça marche bien depuis sept ans en Afrique », précise-t-il.  Il faut savoir qu’un tel cuiseur va consommer moitié moins de bois qu’un fatapera (gril) traditionnel, tout en cuisant deux  fois plus vite. « Je ne suis pas là pour vendre, j’amène juste des technique alternatives que les villageois pourront rapidement s’approprier…» On est solidaire ou on ne l’est pas.

#JoroAndrianasolo

© Photos : #MahayExpedition

COMMENTAIRES
Identifiez-vous ou inscrivez-vous pour commenter.
[userpro template=login]