Sleeping Pop & R-Aly : Rencontre en terre zafimaniry
15 juillet 2022 - Cultures commentaires   //   124 Views   //   N°: 150

Dans la bulle des Zafimaniry , aux éditions Tsipika, est disponible depuis le mois de février. les deux bédéistes sont partis pendant deux mois en immersion dans le pays des Zafimaniry, cette communauté des terres centrales de l’île.

D’une exposition photo à la bande dessinée ?
Sleeping Pop : C’est un projet initié par l’Alliance française (AF) d’Ambositra qui a commencé par une exposition du photographe TangalaMamy. Ensuite, l’AF a fait appel à des dessinateurs avec quelques critères spécifiques. Il fallait des bédéistes confirmés qui peuvent réaliser des dessins rapidement puisque ce projet n’a duré que deux mois de la résidence, aux voyages jusqu’à la réalisation du livre. Et parmi les critères de sélection, l’aptitude physique puisque nous avons fait un trek d’une semaine. Nous parlons de forêt des Zafimaniry mais en fait, il n’y a que des montagnes, très raides, que nous avons gravis pour rejoindre les villages comme Antoetra, Ankidodo, Faliarivo ou encore Sakaivo. Nous étions accompagnés par deux journalistes, l’équipe de l’AF et un photographe.

Une aventure fantastique ?
Sleeping Pop : Le but de cette bande dessinée, c’est de connaître un peu plus les Zafimaniry, de déconstruire l’imaginaire que l’on a sur cette communauté. Ambositra, c’est la ville de l’artisa- nat malgache. L’art des Zafimaniry est un patrimoine national et international et ce projet est un moyen de faire découvrir cela, même aux gens qui habitent là-bas et qui ne connaissent pas leurs origines. R-Aly a choisi de raconter cela dans un style fantastique et moi, plutôt dans l’aventure. Nous avons rencon- tré les villageaois, les Tangalamena. A chaque fois qu’on entrait dans un village, il fallait faire des fomba (rituels). Nous parlons également des symboles, au nombre de 21 mais seuls cinq sont vraiment utilisés, le reste est en voie de disparition. Même les sculpteurs ne savent leurs significa- tions, c’est juste la routine. Dans chaque village, il y a une sculpture pour les hataka (demande de bénédictions des razana, les ancêtres) et pour les sacrifices de zébus. Ce qui m’a le plus marqué, c’est que les Zafimaniry ont des fomba spécifiques pour les femmes qui tiennent un rôle important au sein de la communauté.
R-Aly : J’ai choisi le côté fantastique parce que je suis un grand fan et je trouve que les jeunes apprécient ce style-là. C’était mon premier voyage chez les Zafimaniry, j’ai adoré cette immersion. J’ai pu découvrir leur façon de vivre, leurs langages, les paysages et aussi le toaka gasy (rhum artisanal) ! Mais on ne va pas tout raconter, il faut se procurer le livre.

Une bande dessinée qui est aussi un cri d’alerte…
Sleeping Pop : Nous connaissons les Zafimaniry à travers la sculpture alors que maintenant, il n’y a plus de forêts donc plus de bois. Il faut aussi des autorisations pour couper les arbres. Dans un village, il n’y a que deux ou trois sculpteurs. Les jeunes ne sont pas vraiment intéressés justement à cause de ces pro- blèmes. Ils préfèrent devenir des guides touristiques mais c’est encore un souci car ce sont les guides nationaux qui sont habili- tés à faire ce métier. Donc les jeunes font un travail de porteurs et apprennent sur le tas. Malgré la présence des associations qui sensibilisent au reboisement, c’est difficile puisqu’un arbre met près de 50 ans à pousser ! Un vrai cri d’alerte de la part des habitants.

Propos recueillis par #AinaZoRaberanto

COMMENTAIRES
Identifiez-vous ou inscrivez-vous pour commenter.
Fermer