Sharks Les dents de l’amer
1 février 2016 - Cultures Music Musiques commentaires   //   1735 Views   //   N°: 73

Loin de jouer les requins de studio, Sharks est d’abord une véritable bête de scène, jamais plus heureux que de balancer ses larsens et ses riffs teigneux en direct. En dix ans d’existence, le groupe s’impose comme la référence ultime en matière de thrash metal à Mada. 

Sharks est sans aucun doute le groupe de thrash metal gasy le plus influent du moment. Le plus mordant aussi, le plus incisif, mais celle-là il fallait bien que je la sorte ! En décembre dernier, le quatuor constitué d’Eddy (guitare), Doda (basse), Setra (batterie) et James (chanteur) s’est produit en tête d’affiche lors de la deuxième édition de Metal Warrior, en compagnie d’autres metaleux du calibre de Golgotha, Zanak’Adala, KR 78 ou Soradra. Et le public s’est encore pris en pleine tronche un Sharks teigneux comme pas un, balançant à toute volée ses riffs de tronçonneuses Black & Decker et ses coups de cymbales badaboum à tuer un archéoptéryx en plein vol ! Du vrai thrash metal, servi dans les règles de l’art, rappelant le meilleur de Kreator ou de Sepultura (avec infiniment moins de matos), ce qui n’est pas peu dire. Bref, un groupe frais comme un gardon malgré ses dix ans bien sonnés, eh oui déjà ! « On ne prétend pas apporter une touche malgache à notre zik. On fait du thrash et si ça ne plaît pas, c’est pareil », borborygme Eddy, le leader du groupe, que même si t’es pas d’accord avec lui, t’as qu’à fermer ta gueule ! Bref des puristes, des esthètes… le rythme à fond la caisse, les pickings dévastateurs, les paroles « growlées » qui dénoncent la société pourrie, et tout et tout. Fans de Metallica, vous êtes comme qui dirait en famille. « Une machine de guerre » , confiera un observateur étranger, grand connaisseur de metal et qui ne s’attendait pas à trouver un « tel niveau à Mada »

Eddy, le fondateur du groupe et chanteur initial, ne se consacre plus qu’à la guitare depuis l’arrivée de James. « J’ai un problème au niveau de la gorge, je n’ai plus cette puissance vocale d’avant. Mais James fait un super boulot et nos fans l’ont tout de suite adopté. » Le temps de surmonter une certaine timidité sur scène et c’est vrai que James devrait être une excellente recrue pour ces vétérans. Mais au fait, pourquoi ce nom de Sharks (requins en anglais) ? « Parce qu’on est des prédateurs. On bouffe tout, les politiciens, les démagos, les menteurs, on n’a pas la langue dans notre poche, on va là où ça fait mal » , clame Eddy. L’esprit-même du thrash metal ! « Heureusement qu’on growle sinon on serait censuré » , se marre-t-il. Sauf qu’il n’y a plus de censure à Madagascar, et encore moins contre les artistes. Tout le monde sait ça, coco !

COMMENTAIRES
Identifiez-vous ou inscrivez-vous pour commenter.
Fermer