Sambava : Chan Huchoc
15 décembre 2013 - Archives Nature commentaires   //   3551 Views   //   N°: 47

À la poursuite du charbon vert

Le charbon vert est du charbon sans bois, produit à partir de compost. Mais pour l’utiliser en cuisine, il faut un four approprié. Chan Huchoc avoue avoir trouvé l’idée du sien en visionnant un bon western. Trois ans plus tard, son invention commence sérieusement à prendre à Sambava.

Certains l’appellent de leurs vœux, cependant la transition écologique est encore un doux rêve à Madagascar. Le charbon de bois est par exemple utilisé dans la plupart des foyers malgaches. En moyenne, entre 50 et 100 kg de ce combustible sont consommés chaque année par ménage. Il sert à se nourrir, à se chauffer ou encore à repasser. Or, le charbon est cause de la disparition de 150 000 hectares de forêts par an. Cette déforestation s’accompagne de la destruction de 75 % des espèces végétales originelles. La luxuriance des forêts malgaches a laissé la place à la couleur sang de son sol défriché. « L’île verte », autrefois dénommée Madagascar, se nomme désormais « l’île rouge ».

 

La dégradation de l’écosystème malgache est d’autant plus rapide que la pression démographique se fait de plus en plus forte. Pour y faire face, Chan Huchoc a imaginé et développé dès 2005 le concept de charbon vert. « Ma mère consommait plusieurs sacs de charbon de bois par semaine, l‘idée de départ était donc de voir dans quelle mesure je pourrais arrêter d’en acheter. En m’inspirant d’un western j’ai eu l’idée de créer un incinérateur de déchets, avec un poêle à bois », raconte cet entrepreneur de Sambava. En effet, dans les foyers subsistent de nombreux résidus qui ne sont ni consommés ni utilisés : copeaux de bois, tiges, feuilles, etc. Le charbon bio se confectionne à partir du compost de ces derniers, grâce au recyclage des matières organiques.

 

Après trois années de recherche, Chan Huchoc est parvenu à imaginer le foyer le plus adéquat pour disposer au mieux le charbon vert pour la cuisson : « La troisième année a été la bonne avec la création d’un foyer en forme de tunnel en T ou L ». Un concept qui a déjà séduit plusieurs structures locales. Cependant, même si les guides de la réserve de Marojejy viennent d’adopter ce nouveau procédé, cette pratique n’est pas encore entrée dans les mœurs des Sambaviens. « La population a besoin de beaucoup de temps pour accepter un nouveau produit, le fatana Mitsitsy (foyer amelioré) a mis plus de 10 ans à prendre place dans la société », confie l’entrepreneur. Les marges de développement du charbon vert sont donc encore conséquentes. Chan Huchoc n’arrive pas à se débarrasser de tous ses déchets, il s’est cependant entièrement émancipé du charbon de bois grâce à ce procédé ingénieux.

Mickael Achard

Contact
Huchoc Chan : 03 43 79 85 80

COMMENTAIRES
Identifiez-vous ou inscrivez-vous pour commenter.
Fermer