Ry kamolahy isany !Bande de tire-au-flanc ! / Idler’s band !
1 mai 2013 - Abidi commentaires   //   1273 Views   //   N°: 40

Qui a dit que les Malgaches n’ont pas le sens de l’humour ? Ils seraient plutôt du genre pince-sans-rire. Ils préfèrent l’humour à l’humeur. L’humour gomme l’agressivité et favorise l’écoute. Florilège pour la Fête du Travail, à l’intention des flemmards

1 – Te-hisambo-balala manatody nefa tsy mahafoy fandria-mafàna

Phonétique : Té isamboubalall manatoud néfa tsy mahafouill fandrì-mafànn.

Traduction : Soupirer après les criquets qui pondent, mais…réticent à quitter un lit bien chaud./ Wanna catch locust which lay even if you don’t wanna quit your sweet cosy bed. 

Explication :

Grillés ou frits, les criquets sont des mets très appréciés, comme les chrysalides du ver à soie ou les hannetons nouveaux. C’est quand ils pondent qu’ils sont les plus gras, mais il faut se lever avant les aurores quand ils sont encore alourdis par la rosée. 

2 – Manao ariary zato am-pandriana

Phonétique : manaow ariar’ zatou am-pandrinn

Traduction : Rêver gagner des cents et des mille en restant au lit. / Dream to win of one hundred and one thousand by staying in bed. 

L’ariary représentait une forte somme à l’apparition de la monnaie, avec des pièces entières ou coupées en morceaux que l’on pesait pour faire la…monnaie. Avec 3 ou 4 Ar, on pouvait s’acheter un boeuf et avec moins, un esclave ou plus.

3 – Manonofy ririnina 

Phonétique : manounouf’ ririnin 

Traduction : Faire des rêves d’hiver. / Make some winter dreams. 

Explication :

La saison froide favorise les bons rêves. Quand on est bien au chaud sous sa couverture, on préfère se rendormir et rêver au lieu de travailler dans la froidure.

4 – Tanora ratsy fihary, antitra vao ratsy laoka

Phonétique :

Tanour rats’ fihar’, antitr’ vaow rats’ lôk.

Traduction : Une jeunesse oisive prépare une vieillesse sans viande. / An idle youth gets ready to be old without meat.

Explication :

Le riz sans accommodement est un met des plus insipides. Le sel du laoka y pallie. Le laoka peut être de la viande (accommodement suprême), du poisson ou de la volaille, des brèdes et légumes divers. Le riz se récolte, mais le laoka, lui, s’achète. Il faut donc travailler dur quand on en est encore capable. Une fois les forces perdues, on sera incapable de se payer du laoka.

5 – Ny vola no maha-rangahy

Phonétique : Ny voulà nou maha-rangà

Traduction : L’argent fait le « Môssieur ». / The money makes of you a real Sir.

Explication :

Sans commentaires. Ni un chômeur de profession ni un touriste sac à dos, ni un simple citoyen serait-il un fonctionnaire, ne sera jamais considéré comme un « Môssieur » avec majuscule. On ne se met plus chapeau bas que devant les puissances d’argent. Triste.

COMMENTAIRES
Identifiez-vous ou inscrivez-vous pour commenter.
Fermer