Ry fahafatesana aiza izay fandresenao Mort, où est ta victoire ? / Death, where is your victory?
17 novembre 2015 - Abidi commentaires   //   1361 Views   //   N°: 70

Voambolana / Vocabulaire / Vocabulary

Maty : Mort (e) / Dead
Phonétique : Matt

Aloka : Ombre / Shadow
Phonétique : Alouk

Mpamosavy : Sorcière / Witch
Phonétique : Pamoussav

Matahotra : Avoir peur / To be frightened of
Phonétique : Mataoutch

Mangovitra : Trembler / To tremble with fear
Phonétique : Mangouvitch 

Fahitana : Apparition / Apparition
Phonétique : Faïtann

Fomba fiteny / Expressions
1- Ny hanongotsongoana ny maty, tahotra ny handevim-belona.
Phonétique : Ni anoungoutsoungounn ni matt, taoutch ni andevi mbell
Traduction : On pince les morts, de peur de les enterrer vivants.
Explication : On n’est jamais trop prudent. Il faut bien vérifier avant de se prononcer sur l’état d’une chose. D’autant plus que dans la partie sud de Madagascar, on parle bien de personne dotée de sept vies. On les appelle lolovokatra (phonétique : loulouvoukatch).

2- Manalokaloka ohatra ny razana tsy hitahy.
Phonétique : Manaloukalouk ötchan razann tchità
Traduction : Faire de l’ombre comme un ancêtre qui ne veille pas.
Explication : Se dit de quelqu’un dont la présence n’est pas utile et dont on veut se débarrasser. Les filles, si vous vous faites harceler par un gars, n’hésitez pas à utiliser cette expression, il saura très vite que vous le voulez… loin de vous.

3- Raha razana tsy hitahy, mifohaza hiady vomanga.
Phonétique : Rà razann tchità, mifouàzz iadd voumangg
Traduction : Si le Mort ne veille pas sur nous, qu’il se réveille et aille chercher des patates douces.
Explication : Selon la croyance malgache, le rôle de ceux qui nous ont précédés est de veiller sur les vivants. Mais si les descendants ne se sentent pas bénis, c’est que les morts ne font pas leur travail. Dans ce cas, ils seraient plus utiles vivants que morts, et au moins bons à déterrer les patates…

4- Raha maty aho, matesa rahavana.
Phonétique : Rà matt à matess ràavakou
Traduction : Si je meurs, mourez aussi.
Explication : Rien à voir avec les paroles de L’Hymne à l’amour d’Edith Piaf : « Si tu meurs, que tu sois loin de moi, peu m’importe, si tu m’aimes, car moi je mourrai aussi… » Plutôt à voir avec l’expression : « Après moi le Déluge » que l’on attribue au roi Louis XV. Autrement dit : si je ne me sors pas d’une situation délicate, que tout le monde échoue ; ou encore : je me fous de ce qui pourra advenir après moi. C’est une phrase qui ne devrait plus être insérée dans le dico des expressions, car elle a fait ses preuves : notre pauvreté (culturelle, économique et sociale) en est le résultat…

COMMENTAIRES
Identifiez-vous ou inscrivez-vous pour commenter.
Fermer