Rova d’Antongona : Vieilles pierres et vue panoramique
14 mars 2013 - EscalesNo Comment   //   7061 Views   //   N°: 38

À moins d’une heure du centre de la capitale, le Rova d’Antongona offre une excursion chargée d’histoires et l’opportunité de surplomber une grande partie du verdoyant Imerina.

D’Antananarivo, pour se rendre en ce lieu hautement historique, il faut prendre plein ouest en direction de la région volcanique de l’Itasy. Avant d’arriver au village d’Imerintsiatosika en regardant sur la droite de la route, l’on aperçoit dans un paysage collinaire le Rova qui domine l’ensemble du décor.

Dans le village, où il est conseillé de s’arrêter afin de visiter les ateliers de quelques artisans dont d’habiles créateurs d’objets miniatures en matériaux de récupération, un imposant panneau, au long de la Nationale, indique le Rova d’Antongona. Une piste de 7 km vous conduit alors à travers un paysage bucolique parsemé de quelques hameaux, jusqu’à un terre-plein, point de départ d’une courte ascension qui peut être guidée par un des enfants du village. Cette aire est aménagée et permet de pique-niquer confortablement à l’ombre d’une petite forêt de pins.

À peine a-t-on parcouru les premières centaines de mètres, qu’apparaît une petite habitation individuelle perchée (ici le mot prend tout son sens) sur un énorme rocher qui semble lui-même prêt à débouler vers les plaines rizicoles qui s’étalent, à l’infini, à ses pieds. Fallait-il qu’à une époque pas si lointaine, à peine 150 ans, les dangers soient si fréquents et imminents pour que les habitants aient eu l’idée de se réfugier en des lieux si escarpés ? À la moindre intrusion d’étrangers, ils allumaient des feux afin d’alerter l’ensemble de la région. Félicitons-nous de connaître des temps plus sereins et sachons les préserver…

La balade d’une petite heure présente la particularité de gravir ce rocher par un sentier en colimaçon bordé par les anciennes fortifications bien conservées. Portes, remparts et escaliers se succèdent dans un décor grandiose. Au sommet, on découvre que le site comporte en fait des rochers jumeaux (1 512 m et 1 406 m d’altitude). Les deux habitations qui aujourd’hui composent le Rova et qui ont été édifiées près de tombes royales, renferment un musée : les photos mais aussi quelques objets traditionnels et usuels renforcent la nostalgie des lieux.

En ce mois de mars, les paysages agrémentés de rizières qui offrent de larges palettes de verts, sont sublimes. Au coeur de cette mosaïque, quelques anciens parcs à zébus, tamboho circulaires, apportent une note de couleurs chaudes. Des villages entourés de larges fossés défensifs se distinguent aisément. Plein est, apparaît la capitale.

Cette agréable matinée peut être complétée par une visite du Lemurs’Park tout proche où il est possible de déjeuner mais surtout d’observer, dans des conditions idéales, une dizaine d’espèces de lémuriens et autres représentants de la faune et de la flore qui composent une réserve zoologique et botanique. Que continue-t-on à ignorer les charmes de notre île qui se trouvent à portée de mains ? 

Textes et photos #RichardBohan

COMMENTAIRES
Identifiez-vous ou inscrivez-vous pour commenter.
[userpro template=login]