Robert Rasolozafy
22 octobre 2014 - By night commentaires   //   2000 Views   //   N°: 57

Psy de bar ?

Depuis sept ans qu’il sert les clients de l’Outcool Web Bar  à Ampasamadinika, Robert, en plus de remplir leurs verres, sait aussi être une oreille attentive. Plus qu’un barman, il est celui vers qui beaucoup se tournent spontanément pour raconter leurs grosses ou petites peines.

+ Comment t’es-tu retrouvé à l’ Outcool ?

Je suis arrivé un peu par hasard, il y avait une annonce affichée sur la porte, je suis entré, on s’est entendu et voilà. Ca remonte à 2007 et aujourd’hui je suis responsable de bar. Je travaille  tous les soirs,  sauf le dimanche,  et même la journée puisque j’arrive à 10 heures pour l’ouverture. En semaine on est là jusqu’à 2 ou 3 heures du matin selon la clientèle, et jusqu’à 5 heures le vendredi.

 

+ Un rythme pareil, ce n’est pas épuisant ?

Au fond,  ce n’est pas si dur. Le job m’a toujours plu, je me fonds facilement dans l’ambiance, alors ça se fait tout seul. Bon je n’ai que 33 ans,  la fatigue je ne la ressens pas tant que ça. Et puis c’est spécial ici, on n’a pas vraiment une organisation ultra-stricte. Souvent ce sont  les clients qui se chargent de l’animation. Si quelqu’un vient fêter son anniversaire, tout s’adapte naturellement, au feeling. On fête d’ailleurs l’anniversaire d’Outcool ce mois.

 

+ Quel rapport as-tu avec ta clientèle ?

Je suis un barman qui sait écouter. Pas seulement les habitués, tout le monde. Il y a souvent des gens amenés par leurs proches,  avec qui je deviens spontanément ami. Et le lendemain, ils ramènent à leur tour leurs potes, et c’est ainsi que la famille s’agrandit. Mais je ne fais pas que servir les Caïpirinhas, les Mojitos ou les Monacos, j’écoute aussi les histoires de chacun. Souvent des histoires de cœur. Je me rappelle de cette demoiselle qui avait un certain goût pour les étrangers. Elle a fréquenté comme ça un trentenaire pendant trois ou quatre ans, mais finalement ça n’a pas marché, elle a perdu son temps. Je lui ai alors recommandé de  s’intéresser  aux hommes plus mûrs, car eux voient plus loin et envisagent sérieusement de fonder un foyer. Elle m’a écouté et aujourd’hui elle est mariée avec un homme de 50 ans et tout baigne pour elle. Comme quoi mes conseils sont parfois utiles !

Recueillis par #JoroAndrianasolo

COMMENTAIRES
Identifiez-vous ou inscrivez-vous pour commenter.
Fermer