RN7 : Nationale chouette
6 juillet 2012 - Escales commentaires   //   1113 Views   //   N°: 30

Comme les États-Unis et leur Route 66, Madagascar possède sa route mythique : la RN 7 considérée par les routards comme l’une des plus belles du monde. Près de 1 000 km de paysages à couper le souffle. Pour ne pas en perdre une miette, suivez le guide… 

À deux, à trois, à quatre ou sept, c’est une route qui fait recettes… La nouvelle édition du Guide de la RN7 est désormais disponible chez Carambole. Un « objet pour routard » on ne peut plus précieux puisqu’il vous dit tout, nombreuses photos à l’appui, sur ce ruban d’asphalte qui relie Antananarivo à la ville de Tuléar, dans le Sud. Présent dans le paysage malgache depuis 1972, ce tronçon de route s’étend sur exactement 950 km, en traversant deux villes principales, Antsirabe et Fianarantsoa, mais également quantité de petits lieux à découvrir et d’autant plus précieux qu’ils ne sont pas toujours répertoriés dans les guides officiels !

En taxi-brousse, en minibus, en 4×4, en voiture légère… descendre la RN7 s’avère donc une expérience unique pour qui veut découvrir Madagascar à son rythme. Le voyage commence par une halte gourmande à Behenjy (km 40) et ses fameux foies gras aux saveurs locales : raisins secs, vanille, poivre vert, baies roses… Après quoi il est temps de tracer la route pour Antsirabe (km 169), jolie ville thermale des Hauts Plateaux à prendre telle qu’elle est, avec ses sources, son marché, ses incontournables pousse-pousse. Ambositra (km 259) est l’étape obligée pour découvrir l’art des sculpteurs Zafimaniry, inscrit depuis peu au patrimoine mondial de l’Humanité par l’Unesco.

Puis c’est la montée vers Fianarantsoa (km 410), la capitale du Betsileo, avec ses vignobles à flancs de coteaux, ses rizières en terrasse et ses maisons traditionnelles de briques rouges. En quittant Fianarantsoa, il est possible de faire un détour par le parc national de Ranomafana (km 423). Créé il y a une vingtaine d’années, il abrite les espèces les plus rares de lémuriens dont l’hapalémur doré, découvert en 1987…

Non loin de là, la petite ville d’Ambalavao (km 466) vous attend avec ses marchés du mercredi. Après Tsiroanomandidy, c’est le deuxième marché de zébus (Antsenan’omby) de Madagascar, ambiance garantie ! La région est également à découvrir pour ses étoffes de soie, son fameux papier Antemoro, sans oublier de pousser jusqu’au parc national d’Andringitra et son Pic Bobby culminant à 2 658 m – amateurs d’escalade, faites comme chez vous !

Il est temps de reprendre la route pour Ihosy (km 616), la capitale du pays Bara, tranquillement posée dans un paysage de steppes et de savanes sèches. Impossible de manquer Ranohira (km 707), au pied du massif de l’Isalo, justement surnommé le « Colorado malgache » avec ses grottes, ses canyons, ses pics de grès et ses massifs de granit. C’est également un parc national dont la flore et la faune sont à découvrir dans des sites aussi évocateurs que le Canyon des singes, repaire du propithèque et du lémur catta.

À Ilakaka (km 734), ville-champignon ayant poussé il y a une dizaine d’années sur un gisement de saphirs, l’ambiance far-west est de rigueur. À peine moins fiévreuse, Sakaraha (km 817) est à découvrir pour ses superbes tombeaux Mahafaly décorés de cornes de zébus. Et nous voici enfin à Tuléar (km 950), la grande ville du Sud posée comme un écrin sur le canal du Mozambique. La vie marine y est riche et les amoureux de plongée ont toutes les chances d’y côtoyer baleines, dauphins et poissons colorés… 

Guide de la RN7. Éditions Carambole, 68 pages 

#AinaZoRaberanto
Photos : Carambole

COMMENTAIRES
Identifiez-vous ou inscrivez-vous pour commenter.
Fermer