Rija Fanambinaniaina : « A la santé des noctambules »
3 juillet 2015 - By night commentaires   //   1755 Views   //   N°: 66

Rija Fanambinaniaina est employé à la Pharmacie de l’océan Indien à Analakely depuis des années. Le marché des médicaments la nuit est une réalité qu’il connaît bien, sachant qu’il est très souvent désigné de garde. 

Que fait un pharmacien de nuit ?
Il est en service quand la pharmacie est de garde. Tous les quatre mois, je reste sept nuits d’affilée à mon poste de travail. Avec mon co-équipier, le travail commence à 18 heures et on ne sort que vers 8 heures du matin le lendemain. C’est quand même épuisant, surtout quand ça dure une semaine sans relâche. Mais personne ne m’a forcé à faire ce travail, c’est mon choix d’être pharmacien. Mon réconfort ? Je sauve des vies et soulage de beaucoup de souffrance.

Quels genres de médicaments achète-t-on la nuit ?
En général, ce sont des médicaments spécifiques pour des cas graves et urgents. Ce sont en général les jeunes parents qui osent sortir en pleine nuit pour se procurer des médicaments pour leur bébé. Mais il n’est pas rare aussi que des personnes frappent à notre porte pour du paracétamol ou du cotrimoxazole, des panacées que tout le monde a chez soi et qu’on trouve même le jour dans les épiceries. Enfin, pas moins de trois personnes par nuit viennent chez nous pour acheter des préservatifs. Heureusement, ce n’est pas seulement pour des douleurs et de la souffrance qu’on vient nous voir (rires).

Comment se passe une nuit ?
Avant minuit, mon co-équipier et moi sommes au taquet. Les clients sont encore très nombreux. Après minuit, c’est beaucoup plus calme, on ne compte que très peu d’acheteurs jusqu’à la levée du jour. Mais nous restons pourtant éveillés. En fait, nous ne sommeillons que deux fois 30 minutes par nuit. L’un prend la garde quand l’autre se repose un peu. Pour rester en forme, on prend des vitamines, on n’est jamais si bien servi que par soi-même…

 

Propos recueillis par #SolofoRanaivo 

COMMENTAIRES
Identifiez-vous ou inscrivez-vous pour commenter.
Fermer