Que d’eau, que d’eau !
6 janvier 2016 - Fanahy gasy commentaires   //   874 Views   //   N°: 72

« Ny kotroka tsy midona foana, fa ao ny orana miomana » : (Le tonnerre ne gronde pas pour rien, c’est la pluie qui se prépare).Voila un thème de circonstance en cette saison où le parapluie est de rigueur. 

Cinglant comme un coup de tonnerre. Comment rester de marbre devant ce signal « fort » de la nature, qui dément capricieuse et parfaitement imprévisible ? Car ici la relation de cause à effet est avérée : le tonnerre annonce la pluie aussi sûrement que la fumée annonce le feu ! Constatons en passant que le proverbe Il n’y a pas de fumée sans feu est le strict équivalent de notre expression, sur un mode un peu plus « sec ».  

Une expression qui en a engendré quantité d’autres du même tonneau, comme Il n’y a pas de plume tombée sans oiseau plumé ou On ne fait pas d’omelette sans casser des oeufs. Bref, toute chose démontrant qu’il n’y a pas d’effet sans cause, même si cette dernière est cachée ou inconnue. Ce qui peut encore se traduire au plan moral par : il n’y a pas de rumeur sans fondement. Ou comme disent les Italiens en se servant d’une autre métaphore : Non si grida mai al lupo ch’egli non sia in piese, qui signifie : On ne crie jamais au loup sans qu’il soit dans le pays.

Si les Ntalao (Anciens) ont choisi l’image du tonnerre, c’est que les orages sont particulièrement retentissants sur les hauts plateaux, comme démultipliés par les reliefs encaissés . A tel point que la saison des pluies se dit saison de la foudre (fahavaratra) en malgache. Mais ils auraient pu affiner encore plus leurs observations en soulignant que le coup de tonnerre est lui-même précédé par l’éclair. C’est qu’on appelle la cause de la cause, dans l’hypothétique espérance de remonter ainsi à la cause première de toutes choses.

La saison des pluies est divisée en deux périodes : la première est justement caractérisée par la pluie torrentielle avec éclairs, tonnerre et foudre ; elle s’étend de mi-novembre à janvier. La seconde est la période dite cyclonique, caractérisée par des pluies peu violentes mais persistantes, accompagnée de vents forts ; c’est elle qui engendre les crus et les inondations de février à avril. Et c’est pour éviter de telles catastrophes que les Anciens portaient une oreille attentive au temps, à la météo dirions-nous aujourd’hui. Un éclair dans le ciel, aussitôt il convenait de fermer portes et fenêtres pour que la pluie ne détruisent rien dans son foyer Ou simplement de se mettre à l’abri en attendant qu’elle passe, et prendre son mal en patience. Car la pluie ne dure pas éternellement. Car comme le dit un autre proverbe Après la pluie le beau temps.  

Par #Panah

A LIRE AUSSI
COMMENTAIRES
Identifiez-vous ou inscrivez-vous pour commenter.
Fermer