Poopy La diva intemporelle
31 mars 2016 - Cultures Music Musiques commentaires   //   4471 Views   //   N°: 75

C’est l’une des plus grandes voix de la chanson populaire à Madagascar. Personne modeste et introvertie, Poopy l’est moins côté musical. Ses chansons intemporelles ont marqué plus d’une génération de fans depuis les années 80. Elle fête ses trente ans de scène. 

Émouvante prestation à Mahamasina le 28 février dernier. Poopy, véritable icône des ballades romantiques, a de quoi toujours plaire à ses fans inconditionnels. Le palais des sports était rempli à ras bord et les 6 000 places n’ont pas suffi. Malgré les couacs de gestion des tribunes, le retour de Poopy sur la grande scène musicale a réveillé la nostalgie chez son public. Qui ne se souvient pas de tubes comme Tahak’izay (Si seulement), Ny marina (La vérité), Tena namana (Vrais amis) ou encore Fitia voarara (Amour interdit) ? Ces titres ont une tonalité naturellement douce et mélancolique et des paroles saisissables au premier degré. C’est la signature de Poopy depuis ses débuts en 1983 jusqu’à aujourd’hui. « J’aime chanter l’amour sous toutes ses facettes. Cela peut aller d’un amour entre deux personnes jusqu’à l’amour de la patrie, de la nature, de dieu, etc. »

Derrière Poopy – son surnom de longue date – se cache Josée Helianta Ramahavalisoa, bercée dans l’univers artistique depuis sa tendre enfance. Fille du claviériste Jojo, petite fille de la troupe de théâtre Ramarokoto et nièce de Voahirana, l’ex-chanteuse d’Henri Ratsimbazafy, Poopy se souvient de ses débuts comme si c’était hier. « C’était en 1983, j’avais 17 ans. Comme toutes les filles de mon âge de l’époque, j’aimais chanter devant le miroir avec un balai pour imiter ma tante sur scène. Un jour, Njila, le groupe phare de l’époque, a demandé à mon père si je pouvais chanter avec eux. Je me suis dit pourquoi pas ? Mais je n’aurais jamais cru que j’irais aussi loin. » Elle a dès lors enregistré Ilazao (Dites-leur) aux côtés du groupe, ce qui l’a conduite à se frayer un chemin vers une carrière solo en 1990. Elle a sorti son premier album, Andao Handihy (Allons danser), dont l’édition CD a été commercialisée au Japon. Puis s’en est suivi un long chemin musical qu’elle a décidé de tracer avec son manager Naivo, qui est aussi sa tendre moitié. Poopy a aujourd’hui réalisé seize albums, sans oublier son dernier coffret CD et DVD Best of trentième.

Poopy se souvient également des événements marquants de son parcours comme sa rencontre avec Bonnie Tyler en Afrique du Sud lors de l’enregistrement de son album Malagasy Rainbow en 1994, sa nomination comme ambassadrice de l’Unicef à Madagascar en l’an 2000 et son engagement dans plusieurs oeuvres humanitaires, sans oublier sa tournée en France pour ses 20 ans de carrière en 2003. En 2014, elle reçoit le titre d’Officier de l’ordre des arts, des lettres et de la culture malgache. Une belle carrière bien remplie qui ne l’empêche pas de vivre sa plus grande passion, celle d’être maman.

COMMENTAIRES
Identifiez-vous ou inscrivez-vous pour commenter.
Fermer