Parrainer, c’est la classe !
21 mai 2012 - AssociationsNo Comment   //   1498 Views   //   N°: 28

Ouverte depuis 2010, l’école primaire privée Les Lionceaux est venue pallier un manque évident de structures éducatives pour les enfants de Ramena. Avec un effectif toujours en hausse, elle fonctionne grâce au parrainage.

Lorsque en 2008, l’école maternelle privée Les Badamiers voit décéder sa directrice, Pierre Capelle, retraité calmement installé à Ramena, craque et décide d’ouvrir sa maison aux enfants pour poursuivre l’action. « Dada Pierre » n’arrivant plus à gérer tout cela dans sa petite maison, l’association La maternelle de Ramena se constitue. D’institutrice, Marie-Claude devient directrice de la maternelle qui scolarise un effectif toujours croissant d’enfants (143 actuellement, mais 170 en septembre prochain).

Elle fonctionne grâce au soutien financier du Lions Club Oulanga Maoré de Mayotte, du club de randonnée réunionnais Les cent pieds et de nombreux parrains et marraines intervenant à titre individuel. Mais pour Marie-Claude et ses amis de l’association, l’urgence d’un autre chantier s’est bientôt fait sentir.

« Tout est parti du constat qu’à l’entrée au collège de Ramena, tous les cours sont en français alors que les élèves n’ont aucune base dans cette langue », explique Marie-Claude. C’est ainsi qu’ils en viennent à créer Ramena (Réagir aux manques éducatifs nécessaires à l’autonomie) en 2010, sous forme de l’école primaire privée Les Lionceaux, destinée au 6-8 ans. L’idée est de construire un local nouveau chaque année correspondant à un niveau scolaire.

Soit 6 000 euros dédiés à chaque fois à la construction, au mobilier et à l’équipement. Un objectif prioritaire répondant aux besoins constatés : « Il faut savoir que la moyenne d’une EPP est de trois instituteurs pour six niveaux, avec des élèves qui sont donc contraints de faire du mi-temps, alors que Les Lionceaux offrent à leurs élèves deux enseignants par niveau », précise Marie-Claude. Les frais de scolarité sont de 10 000 ariary par enfant, et ceux qui sont en grandes difficultés sont parrainés.

Dans cette circonstance, le lien avec les donateurs est essentiel. Comme il se fait principalement par le biais de l’Internet, l’acquisition de matériel informatique est essentielle. « Un investissement coûteux mais indispensable pour qu’un canal de sentiments existe et qu’un soutien durable et véritable s’installe », estime Marie-Claude.

L’équipe qui anime cette remarquable aventure humanitaire est soudée et interactive, que ce soit au sein du groupe pédagogique ou du bureau. Les inévitables moments de découragement trouvent une solution spontanée et naturelle entre partenaires d’une même action. Ce que Marie-Claude résume ainsi : « C’est un truc difficile à expliquer, mais c’est précieux et formidable ! »

Zoy

COMMENTAIRES
Identifiez-vous ou inscrivez-vous pour commenter.
[userpro template=login]