Opus 106 – Catherine Manandaza : Artiste lyrique
21 juin 2018 - Cultures commentaires   //   983 Views   //   N°: 101

« Comme de l’or qui monte, n’en finit plus de monter, déferle en mille brillants une pluie flamboyante du ciel ». Voilà quelques mots de l’auteure Sophie Rabau pour décrire la voix de Catherine Manandaza, l’artiste lyrique que j’ai le plaisir de vous présenter ce mois-ci.

Née à Madagascar de père Malgache et de mère Française, Catherine Manandaza a passé son enfance au pays, avant de partir pour l’Hexagone à l’âge de huit ans. Comme beaucoup de Malgaches, elle a la musique dans le sang. Le déclic est arrivé pendant ses années universitaires, alors qu’elle chantait du jazz pour payer ses études supérieures. Elle est repérée par Maurice Maievski, un professeur de chant lyrique qui lui donne gratuitement ses premiers cours de musique jusqu’à ce qu’elle soit admise au Conservatoire. Après ses études musicales à Paris, elle enchaîne classes de maîtres et prix, et remporte notamment le premier prix et Prix du public au Concours lyrique de Gascogne.

Elle s’est produite dans les plus prestigieuses salles de France : le Châtelet, la Salle Gaveau, le Palais de l’UNESCO… et également dans des églises aussi belles que Notre-Dame de Paris ou encore La Madeleine, car à côté de l’opéra, Catherine Manandaza affectionne particulièrement l’oratorio, au même titre que les Lieder et la mélodie, d’ailleurs.

Régulièrement invitée en dehors de la France, la soprano malgache a interprété la Comtesse des Noces de Figaro (Mozart) pour l’ouverture du Nouvel Opéra d’Alger lors de la saison 2016-2017. Cette année encore, en mars, elle y chante le rôle-titre de Madame Butterfly (Puccini) avec le Chœur et orchestre symphonique de l’Opéra d’Alger, sous la direction d’Amine Kouider. En Allemagne, elle a récemment chanté le Requiem de Verdi (Renningen).

Le répertoire opératique de Catherine Manandaza est immense : Norma, la Wally, la Traviata, Aïda, la Tosca, pour ne citer que ces grands rôles de l’art lyrique. En juin prochain, elle interprètera Mikaela (Carmen, Bizet) à l’Opéra de Bordeaux sous la direction de Romain Dumas.

Aujourd’hui, Catherine s’estime extrêmement chanceuse de pouvoir vivre de sa passion, même si cela n’a pas toujours été facile. Pouvoir mener une carrière de chanteuse soliste est un rêve fou qu’elle est parvenue à réaliser, et c’est un métier qu’elle fait chaque jour avec un plaisir nouveau.

Interrogée sur les moments les plus forts de sa carrière, elle nous ramène à des situations sortant totalement des sentiers battus. Comme ce spectacle à Damas avant la guerre, où elle a découvert des chanteurs syriens d’un niveau incroyable, professionnels et très gentils, qui vivent pourtant dans un pays pas facile. Ou encore cet atelier d’initiation à l’opéra pour des enfants habitant en banlieue, et qui lui ont témoigné une grande attention. Car Catherine Manandaza aime « être utile ».

Notre artiste lyrique revient à Madagascar chaque année. Elle aimerait beaucoup pouvoir se produire ici, rencontrer la jeune génération de compositeurs et de chanteurs malgaches. Sans hésitation, nous lui disons donc « à très bientôt ! »

COMMENTAIRES
Identifiez-vous ou inscrivez-vous pour commenter.
Fermer