Nafissa Mansoor
1 juillet 2014 - Médias commentaires   //   3346 Views   //   N°: 54

Caviar pour tout le monde !

Et de quatre ! Un nouveau magazine féminin est diffusé depuis le mois de juin pour le plus grand bonheur des dames. « Caviar » entend bien faire la différence en se consacrant uniquement aux sujets qui touchent la femme malgache, indépendante, urbaine et moderne. Sans exclure les hommes, nous assure sa directrice de production. 

Si à l’extérieur la presse féminine possède un positionnement considérable, à Madagascar, elle commence à peine à montrer le bout de son nez. De Fémina, le plus ancien titre, à Essentielle, copie à peine malgachisée d’un magazine mauricien, sans oublier Jejoo qui joue la carte du quotidien, rien ne semble encore joué dans ce secteur. Caviar a donc raisonnablement l’espoir de pouvoir s’y faire une place. C’est le titre de ce nouveau magazine mis sur le marché depuis juin, dont Nafissa Mansoor, 22 ans, la directrice de production, assure qu’il sera sans tabous : « Tous les sujets seront abordés, que ce soit le sexe ou la drogue. On veut sortir du standard trop convenu du magazine féminin un peu plan-plan qui a surtout l’air de s’adresser à la ménagère de plus de 50 ans », souligne-t-elle. Un esprit jeune donc, plus mordant, soutenu par une équipe dynamique composée de jeunes femmes, et de trois hommes pour faire bonne mesure.

Le nom du magazine le positionne d’emblée dans l’univers du raffinement et de la consommation élitiste. La référence est clairement Vogue ou Elle, pas Jeune et Jolie. « Il y a le faux et le vrai caviar, mais en général toutes les femmes aiment le luxe », ironise Nafissa Mansoor. « En tout cas nous aurons à coeur de proposer de vrais contenus et un design de qualité. On veut être le magazine qu’on déguste plutôt qu’on dévore, et surtout pas celui qu’on jette sans l’avoir lu. » La mode, les dernières tendances, la beauté, le bien-être sans oublier les conseils et les nouvelles technologies, en un mot tout ce que la femme urbaine et moderne doit savoir sera proposé dans Caviar. Une grande place sera également faite aux interviews de femmes qui oeuvrent dans l’humanitaire et le social. « C’est important de dépasser le stéréotype de la femme qui ne pense qu’à se faire belle. La ravissante idiote, ce n’est pas trop notre style. On défend l’image de la femme active, indépendante et engagée dans ses choix. »

Évidemment, le vrai caviar n’est pas donné. Vendu à 5 000 Ar, le nouveau venu s’annonce déjà comme le plus cher sur le marché. « C’est un choix que nous avons fait, un risque que nous acceptons de prendre. Offrir de la qualité exige du travail mais également un budget conséquent », fait valoir Nafissa Mansoor. Tiré à 2 000 exemplaires en format A4, Caviar est pour l’instant distribué uniquement à Tana et Toamasina, mais les lectrices de Nosy Be et Diego devraient bientôt l’avoir entre les mains. Caviar pour tout le monde en somme ! 

 

Nafissa Mansoor : 032 61 461 15 

COMMENTAIRES
Identifiez-vous ou inscrivez-vous pour commenter.
Fermer