Miora Rasoarahona : « L’affaire est dans le sac »
9 juin 2020 - La mode Styliste commentaires   //   628 Views   //   N°: 123-125

Partager sa vision de la mode avec d’autres femmes, c’était son rêve. À 29 ans, Miora Rasoarahona prend plaisir à créer des sacs en raphia faits main par des artisanes malgaches. Une mode éthique par les femmes pour les femmes.

Tombée dans le monde de la couture et de la mode grâce à une mère styliste, Miora Rasoarahona s’est lancée dans la création de sa propre marque Mio Handcrafted. Une ligne d’accessoires chics et ethniques faits main à Madagascar. « Après avoir travaillé pendant trois ans à Paris en tant que chef de projet pour des accessoires de mode dans le cosmétique de luxe, j’ai décidé de créer Mio Handcrafted. Comme je n’ai jamais voulu m’éloigner de mes racines, j’ai créé une marque en lien avec Madagascar. C’est une façon de promouvoir mon pays, rester proche de ce dernier sans vraiment y vivre », explique la créatrice. Chaque pièce est réfléchie et s’inscrit dans une démarche écologique et équitable en choisissant 28 le raphia. Une matière végétale 100 % durable et naturelle que l’on cultive énormément à Madagascar.

« Nous sommes dans une ère où tout le monde doit prendre conscience de sa manière de consommer, que ce soit dans l’alimentation ou l’habillement. En plus d’être une bonne alternative aux matières polluantes et d’être une fibre ultra- résistante, le raphia est devenu une matière très tendance. » La preuve, Christian Dior a dévoilé une robe entièrement en raphia lors de son dernier défilé de sa collection été 2020. Pour créer ses accessoires, Miora s’inspire essentiellement de ce qui l’entoure, notamment des fleurs en donnant leurs noms à ses créations. On retrouve par exemple, Cyclamen, le sac seau rappelant la forme ronde de la fleur, ou Palmae avec ses longues franges faisant penser à un palmier. Mais pourquoi des sacs ?

« C’est Jane Birkin qui nous montre qu’un panier porté en été peut avoir encore plus d’allure en hiver. Tout est question d’attitude et je veux montrer aux femmes que le sac en raphia n’est pas qu’un simple fourre-tout, mais un accessoire qui donne du caractère. » À travers chaque sac, Miora veut promouvoir le savoir-faire malgache en respectant les techniques ancestrales. Les artisanes travaillent le raphia avec leurs mains, elles le teignent et le sèchent au soleil. Au niveau du design, Miora partage ses idées avec sa responsable d’atelier. Ensemble, elles valident le design final, créent leurs propres couleurs selon les possibilités. « J’aime bien quand tout le monde se sent concerné. »

Un esprit participatif et de solidarité s’exprime à travers Mio Handcrafted. Miora collabore avec des femmes en situation difficile, qui élèvent seules leurs enfants ou à mobilité réduite, voire aveugles. « Je veux que les femmes soient indépendantes, fières d’elles et qu’elles aient confiance en elles. Pour moi, l’émancipation de la femme est importante. » Cet engagement social se traduit également par le parrainage d’une école située à Morarano. Une partie des bénéfices est directement reversée pour aider les écoliers. Concernant ses projets, Miora veut développer sa marque au-delà des frontières, participer à des salons internationaux pour mieux promouvoir l’artisanat malgache. « Je veux aussi former plus de femmes, leur offrir du travail et participer à des projets de reboisement. »

A LIRE AUSSI
COMMENTAIRES
Identifiez-vous ou inscrivez-vous pour commenter.
Fermer