Michella Ramitomboson
2 septembre 2014 - La mode Styliste commentaires   //   3828 Views   //   N°: 56

Raphia et raffinement

Elle a remporté le deuxième prix de la première édition du concours « Festival des arts métisses » à Sainte-Marie en juillet dernier. Ses collections marquées par la mise en valeur du raphia ont séduit le jury. Pour elle, c’est un nouveau défi qui s’ouvre dans l’univers de la mode.

Premier défilé et est déjà la consécration pour cette jeune femme de 27 ans. N’ayant suivi aucune formation en stylisme, Michella Ramitomboson ou #Mitoo, son nom d’artiste, a pourtant de bons atouts pour devenir une figure de la mode à Madagascar. « J’ai participé à ce concours pour voir où j’en suis dans le stylisme, une sorte de quête d’identité. Je pense que cela va changer ma vie professionnelle », confie-t-elle.

Avec comme thème imposé « tradition et la modernité », Michella a décidé de mettre en avant le raphia, une matière naturelle issue de la fibre végétale provenant des feuilles de palmier qu’on utilise le plus souvent dans la confection des sacs ou des paniers à Madagascar comme en Afrique.

« Pour moi, cette matière représente bien le retour vers l’origine. Je l’ai combinée avec des tissus assez élastiques et fluides juste pour avoir une doublure, mais c’est le raphia qui m’importait pour sa valeur culturelle. »

Séduite par les couleurs qui imitent la nature, le raffinement et la flexibilité de cette fibre textile, elle l’a déclinée en accessoires – boucles d’oreilles, pochettes ou bracelets – mais aussi en vêtements. Malgré le manque de temps dont elle disposait, elle a réussi à monter une collection cohérente composée d’une tenue de ville et de soirée, d’un maillot de bain et d’une tenue libre. « Je suis moi-même surprise d’avoir impressionné les membres du jury comme Coco Masombika, une styliste de Toamasina déjà reconnue au niveau international, avec qui je vais bientôt collaborer. » Côté influences, Michella revendique surtout une grande liberté dans sa façon de faire. « Je ne sais pas coudre, je n’y connais rien en patrons. Je crée en m’adaptant au corps de la personne, c’est pour cela que j’opte pour des tissus élastiques. La couture, c’est juste pour régler les bords des tissus. » Mitoo, mode d’emploi !

En un tournemain, elle réalise des robes en attachant et en nouant simplement les tissus, comme cette robe de soirée inspirée du lambahoany malagasy. « Je fonctionne aussi sur le calcul et la géométrie que j’ai acquise dans mes études en architecture. » Cette fibre créatrice, elle le doit également à son métier de webmaster et à sa passion pour la peinture et le dessin. Soucieuse de l’environnement, Michella prône la mode éthique en utilisant d’autres matières comme le sisal, les feuilles, en plus de ses recherches approfondies sur le raphia. Bref, une plante qui promet.

Mitoo: +26132 840 11 53

COMMENTAIRES
Identifiez-vous ou inscrivez-vous pour commenter.
Fermer