Mer d’Émeraude : Le diamant du Nord
3 janvier 2013 - EscalesNo Comment   //   2104 Views   //   N°: 36

À l’extrême pointe nord de Madagascar, la mer d’Émeraude ouvre ses flots cristallins au visiteur. Que ce soit l’occasion d’une formidable partie de pêche avec les locaux ou d’une virée en kite surf, ses ressources naturelles sont inépuisables. 

Idéalement située au Nord de Madagascar, à la porte de la baie de Diego Suarez, la mer d’Émeraude, lagon corallien aux eaux cristallines, doit sa teinte turquoise à la faible profondeur en eau et aux fonds sablonneux. Elle abrite deux îles portant les noms des Portugais qui ont découvert le Nord de Madagascar : l’île Diego et l’île Suarez. Cette dernière nous offre une plage de sable blanc et une eau d’une rare pureté. Il est possible d’y accéder par bateau au départ de la plage de Ramena qui nécessite environ 1 h 30 de traversée, ou en partant de l’anse (ou du port) de la Dordogne à Diego Suarez. Chaque année, de juillet à septembre, les baleines à bosse viennent y mettre au monde leurs petits. On les observe sans peine, tout comme les raies mantas, requins gris ou requins-baleines qui croisent au large des récifs.
Une fois la passe franchie, attendez-vous à découvrir un décor de rêve en notant la différence de couleurs à l’entrée du lagon. « Comme les eaux ici sont peu profondes, 5 à 6 mètres de profondeur, et claires, on peut y observer facilement des variétés de poissons telles que la raie, le perroquet, le capitaine blanc, la carangue, le mérou, ainsi que toute une flore sousmarine proche de la surface », commente Rico, un plongeur qui explore le site depuis plus de 20 ans. L’entrée du lagon permet aussi d’explorer les épaves d’un sous-marin de poche Japonais datant de la Seconde Guerre mondiale. Avec l’implantation des hôtels et paillotes aux alentours du lagon, le kite surf (planche et cerf-volant) est très pratiqué par les touristes, favorisée par le varatraza (alizé). La baignade fait aussi partie des activités favorites des visiteurs. Que ce soient les pêcheurs de Ramena, de la Dordogne ou encore les tours opérateurs, tous organisent d’inoubliables excursions avec au menu du poisson fraîchement pêché par un plongeur : il sera préparé et grillé devant vous. À Andouvoukongo (littéralement « à l’abri des palétuviers »), les habitants cultivent une algue rouge dont on extrait une gélatine indispensable dans bien des préparations culinaires.
Actuellement, l’office du tourisme de Diego Suarez (ORTDS) effectue des aménagements du site afin de le rendre plus attractif : des parasols sont installés et les paillotes seront bientôt équipées de cuisines. Des journées de nettoyage sont régulièrement organisées avec tous les acteurs concernés afin de maintenir le site propre. Des projets de circuits pédestres verront bientôt le jour, puisque l’île est un coin d’observation idéal des différentes espèces d’oiseaux, de papillons et de reptiles qui peuplent ces terres. Avec ses attraits naturels, la mer d’Émeraude ne peut qu’apporter un nouveau souffle au tourisme malgache. 

COMMENTAIRES
Identifiez-vous ou inscrivez-vous pour commenter.
[userpro template=login]