Manja : La séduisante sorcière (suite et fin)
28 juillet 2023 - Découvertes MisteryNo Comment   //   441 Views   //   N°: 162

4/ Salema et son enfant ont été enterrés, mais « Manja » et sa fille ne sont pas venues aux funérailles. Cela se comprend, les gens leur médisaient. La nouvelle selon laquelle « Manja » était derrière tout ce qui s’est passé s’est répondu comme une traînée de poudre. Nous ne savions pas vraiment si Mme Pine est une sorcière, mais un détail est étrange. Cela fait maintenant 20 ans qu’on est voisins, mais elle n’a jamais mis les pieds chez nous. Pourtant, notre maison n’est pas loin, elle est à environ 200 m l’une de l’autre. Une fois, on l’a invité à la circoncision de notre petit garçon. Alors qu’elle enjambait le seuil de notre porte, elle s’est subitement écroulée par terre. La honte ! On avait beaucoup de monde chez nous à ce moment. Elle s’est levée et s’en alla. À partir de là, elle a fui notre maison comme on fuyait la peste. Cependant, sa fille vient souvent nous voir quand elle a besoin de quelque chose. Elle, en revanche, ce n’est pas une sorcière, c’est une grande et belle jeune femme. D’ailleurs, je me répète, mais sa mère aussi est très belle. Beaucoup de jeunes hommes du quartier sont amoureux des deux femmes, mais n’osent rien entreprendre par peur de mourir.  « Manja » a 58 ans, sa fille Rojo en a 38. Petit aparté, tous les prénoms des enfants de « Manja » sont, comment dire, atypiques : « Joro, Fefy, Rojo » (Pilier, Clôture, Chaîne). Comme les aînés sont tous morts avant même d’avoir eu le temps d’avoir des enfants, si la seule survivante, Rojo, ne vient pas à donner naissance, leur lignée sera éteinte pour toujours. Rojo ne perd pas espoir, mais je pense que son mariage ne sera pas pour demain. Personne n’a l’audace de l’approcher pour le moment. Elle devra peut-être miser sur un jeune homme qui vient de loin et qui ne connaîtrait pas leur tragédie.

5/ « Manja » est restée fidèle à elle-même. Même veuve, jamais elle ne s’affligeait. Les pertes de ses maris ne l’endeuillaient même pas. Quand l’un d’eux meure, elle cherche aussitôt son remplaçant. Quant à Salema, de son vivant, elle était très zélée et participait avec enthousiasme aux activités de son église.Elle et son amie Rojo servaient avec diligence. Elles préparaient ensemble les cultes, les veillées de prières, etc… Pour cela, les deux filles se rejoignaient souvent soit chez Salema, soit chez Rojo. Quand les préparatifs s’éternisaient et qu’il se faisait tard, l’une restait dîner chez l’autre. En ce qui concerne la mort de Salema, le médecin a certifié « un décès à la suite d’un accouchement compliqué d’un hématome retro-placentaire ». Autrement dit, dans la croyance malgache, elle est morte en couches à cause d’une sorcellerie appelé « lafika » (littéralement : une couche rigide).  Elle est morte alors qu’elle n’avait que 27 ans en emportant avec elle son enfant. Pourtant, ce petit être était voulu. Elle et son mari Tsiry se faisaient soigner depuis des années, car elle n’arrivait pas à tomber enceinte. Mais malheureusement, ils sont tous les deux morts.

Notre quartier est plutôt calme, tout le monde se connaît et les nouvelles circulent vite. On habite tous côte à côte, ou alors espacé de quelques pâtés de maisons non habitées. Ce sont de belles et grandes résidences secondaires de gens riches qui habitent en plein cœur de la capitale et qui viennent quelques week-ends ou pendant les vacances se prélasser ici. En-dehors de quoi, seuls quelques gardiens y demeurent. Un matin, Tsiry nous appelle un peu confus parce qu’apparemment, et ce depuis quelques jours, quelqu’un vient frapper à sa fenêtre pendant la nuit. Nous ne pensons pas que ça soit un des gardiens des belles maisons qui veut lui faire une très mauvaise blague, car ce n’est pas logique. Comment pourrait-il atteindre et frapper à la fenêtre de la chambre de Tsiry perchée à plusieurs étages du sol ? Il n’y a ni un grand arbre ni un endroit où on peut se caler à proximité. N’ayant pas trouvé de réponse, nous avons juste conseillé à Tsiry de nous en toucher mots si jamais le phénomène persiste.  Les jours passèrent et nous avons remarqué que depuis quelque temps, Tsiry allait souvent chez « Manja » et Rojo. Cela nous a fortement étonnés, car c’est un type qui réfute comme pas possible la religion, et d’ailleurs, il n’a jamais, de son existence, mis les pieds à l’église. De plus, il devrait détester ces deux-là vue la polémique qui tourne autour de sa défunte femme. Faut savoir que tout le monde est persuadé que Salema a été tuée par la sorcellerie de « Manja ».

6/ On a essayé de discuter avec Tsiry pour lui soutirer des explications, on voulait savoir pourquoi il se rendait souvent chez elles. Mais il n’avait pas grand-chose à dire, il nous a tout simplement dit qu’il y allait pour peser et vendre du maïs. On a été quand même un peu hébété, car sa réponse ne tenait pas debout. Même si la récolte était bonne, ce n’est juste pas possible qu’il y aille durant un mois entier juste pour peser ses maïs ! Soit, concluais-je sur un ton de la plaisanterie, ce sont plutôt ces bonnes femmes qui doivent en avoir de tellement laiteux pour qu’il ne s’en lasse pas. Depuis cette discussion, il a commencé à prendre ses distances. Il ne venait plus chez nous, il ne se plaignait plus des sorcières qui venaient frapper à sa fenêtre, il ne répondait plus à nos appels, etc.…  D’ailleurs, son attitude nous a bien énervés. Tsiry avait des domestiques, que des gars, de ce fait, il n’y avait que des hommes dans sa maison. Sa mère venait donc souvent chez lui pour lui filer un petit coup de main en faisant le ménage. Sa maman avait la manie de le gâter puisqu’il est fils unique. Elle aussi avait remarqué l’absentéisme de Tsiry. Un soir vers 22h, elle est venue frapper à notre porte visiblement irritée et inquiète, car Tsiry n’était toujours pas rentré. Elle est alors venue voir si jamais Tsiry traînasser chez nous, mais ce n’était pas le cas. On n’avait pas connaissance d’une quelconque fête dans le quartier, il n’y avait donc pas de raison pour qu’il soit encore chez quelqu’un à cette heure-là. Pour le moment, nous avons bien gardé de parler de madame « Manja » et de ses maïs à sa mère afin de ne pas lui attirer des ennuis. Pour relativiser, on lui a juste raconté les plaintes que Tsiry relatait vis-à-vis des bruits bizarres qu’il entendait la nuit. C’est peut-être pour ça qu’il ne reste pas seul chez lui. Et puis, il vient de perdre Salema. Elle lui manque peut-être et il ne veut pas être esseulé entre ses quatre murs.

7/ Depuis quelque temps, Tsiry ne dormait quasiment plus chez lui. On ne sait plus ni quoi penser ni quoi faire. On n’arrive même plus à communiquer avec lui. Un jour, Rojo voulait nous emprunter une chape de fermier et à envoyer une de ses bonnes la récupérer. C’était une adolescente en pleine puberté qui voulait attirer l’attention sur elle. Elle n’arrêtait pas de gesticuler et de dire tout ce qui lui passe par la tête.  
- « On va aider Mr Tsiry pour la récolte de ses sojas » dit-elle, « parce qu’il n’a pas assez de personnel ».
- « Hein ? C’est bien généreux de votre part, mais pourquoi n’engage-t-il pas des salariés ? » rétorquais-je 
- « Madame s’occupe de lui, il fait bien pitié le pauvre ! » répondit l’ado.   
Toutes les deux femmes sont appelées madame par leurs boniches. On pensait donc que Rojo avait pitié de Tsiry et voulait l’aider ; de plus, ils doivent se comprendre, car tous deux sont veufs maintenant. Alors, on ne s’est pas plus attardé dessus.  Après deux jours, la chape empruntée n’a toujours pas été rendue alors qu’on en avait besoin. Nous aussi, nous allons récolter nos sojas. Nous avons donc appelé Rojo pour qu’elle nous la rende. 
- « Mais mes domestiques ne l’ont pas encore rendu ? » s’étonna-t-elle. « Je suis désolée, je vais les appeler pour qu’elles vous la rendent. Je ne suis pas chez moi, je suis à la campagne pour évangéliser. »
Nous lui avons tout simplement répondu que ce n’était pas grave et qu’on attendait. Quelques minutes plus tard, son employée est venue avec la chape. 
- « Votre récolte de soja est-il déjà terminée ? » 
- « Le jour même, c’était fini ! » répondit-elle « mais madame ne voulait pas qu’on vous la rende tout de suite ». 
- « Mais de quelle Madame parles-tu ? » demandais-je, perplexe.
- « De la grande maîtresse de maison » dit la petite assistante, « la petite maîtresse s’est absentée depuis quelques jours ». 
En s’attendant déjà à la réponse, je lui ai demandé si Mr Tsiry était aussi chez elle. 
- « Oui, il dort souvent à la maison maintenant », répondit-elle avec flegme. « Mr Tsiry est maintenant le conjoint de madame, vous savez ».
- « Laquelle des « madame » ? » demandais-je fébrile en essayant en même temps de repousser le mauvais pressentiment qui germait dans ma tête.
- « La grande, la grande maîtresse de maison ! » 
Je tombe des nues ! Mais quelle infamie viens-je d’entendre ! Et dire que nous pensions à autre chose, on avait tout faux.  « Manja » est devenue la femme de Tsiry. J’étais totalement décontenancé, le gars n’avait que 35 ans et c’est un bon ami !

COMMENTAIRES
Identifiez-vous ou inscrivez-vous pour commenter.
[userpro template=login]