Maman, ça va être ta fête !
1 mai 2014 - FombaNo Comment   //   1651 Views   //   N°: 52

« Bonne fête Maman ! »

« Maman, tu es la plus belle du monde ! » La chanson qui devrait être emblématique de la Fête des mères, accuse fortement les rides de l’âge. Maman n’a plus rien du « meuble fragile » ou du « plus bel ornement de la maison », tel que la décrivent les proverbes ou les discours de circonstance.

On est en droit de se demander si le combat pour la fameuse égalité des genres n’est pas signe que quelque part, quelque chose ne tourne plus rond. En tout cas, lentement, mais sûrement, le système se dérègle.

Les mamans ont abandonné le bibi et réservé le chapeau aux mondanités, rallyes du gotha, courses de chevaux ou les mariages. Il n’y a sans doute plus que la reine Elisabeth II à disposer d’une salle entière pour ses chapeaux. Les mamans adoptent la ligne femmes d’affaires, lunettes à monture couleur acier, tailleur et veste.

Il ne manque plus que le plus horripilant, le côté je-sais-tout doublé du je-suis-la-plus forte estampillé par un air protecteur.

La femme-patron devant laquelle se courbent les hommes est un pur produit de l’approche genre, le droit reconnu aux femmes d’être des hommes. Thatcher ou Merkel, ont prouvé que les femmes sont capables de tout, même de se hisser au niveau des grands hommes de l’histoire. Mais ont-elles été des mamans ? Elle est bien loin l’époque où, chaque rentrée scolaire, les mioches écrivaient avec fierté la profession de leur mère. Ménagère ! Sur leur fiche individuelle, cela fait tout de même mieux que « Sans ».

« Première ministre » cela fait drôle car cela ne colle pas à l’archétype. Maman fait le ménage, la lessive et, surtout, la cuisine. Elle tient la maison proprette, mais n’est pas la femme de ménage, même si une vie de femme au foyer n’est pas de tout repos malgré le tout électrique et même si la machine à laver est la plus belle invention certainement née d’un grand amour pour une épouse.

Qui a inventé la machine à laver ? Voilà au moins quelqu’un qui pense aux femmes, à Bobonne ou à la Vieille, à moins qu’il ne raisonne en termes de rendement, une attitude typique de mâle triomphant. Triomphant dites-vous ?

Les mâles le cachent au plus secret de leur âme, mais il n’y aura jamais eu qu’un seul être qui pourrait compter à leurs yeux, leur mère qui leur a toujours montré de l’admiration, tout pardonné et cherché à comprendre frasques et crimes pour y retrouver le bébé qu’elle a dorloté avant que l’incompréhensible n’arrive. Malgré leurs grands airs, les garderont toujours, leur Maman, dans les tréfonds de leur être.

Leur Maman, celle qui les aimera toujours envers et contre tout. C’est ce besoin d’être aimé, dorloté, cocooné qui fait des hommes, des éternels bébés. C’est la force des mères que de servir de refuge dans la pire des catastrophes. « Bonne fête Maman ! »

COMMENTAIRES
Identifiez-vous ou inscrivez-vous pour commenter.
[userpro template=login]