Mada Miniature Club : Plus c’est mini, plus c’est mimi !
19 septembre 2016 - LoisirsNo Comment   //   2103 Views   //   N°: 80

En activité depuis 2011, le Mada Miniature Club fédère tous les collectionneurs de modèles réduits de l’île. Deudeuches repeintes en beige à la mode taxi, plantureuses italiennes à 1,5 million ariary la carrosserie plastique, tous les goûts sont permis. Vous avez dit vroum ?

« Tu te l’es enfin offerte ton Aston Martin DB5 », « Combien pour ta Rolls Silver Cloud III ? » À les entendre, on se croirait au Salon des voitures anciennes du Bourget, dans le carré VIP des collectionneurs mondains. Pourtant, ni Jerry, ni Christian, ni Hasina ne pourraient se payer en vrai une de ces merveilles à quatre roues. Qu’à cela ne tienne, réduites entre 12 et 87 fois leurs dimensions, les mignonnes en deviennent tout de suite beaucoup plus accessibles !

Pour quelques dizaines d’euros, elle est à vous la mythique Aston Martin DB5, la super caisse de James Bond dans Goldfinger, sans le siège éjectable et le lance-roquettes, mais on ne peut pas tout avoir !

Nous sommes bien à une réunion du Mada Miniature Club, précisément à Manakambahiny, au domicile de Christian Ramiandrasoa, le président en titre de ce club dédié aux modèles réduits : voitures, motos, camions, bateaux, avions, tout ce qui fait vroum-vroum dans la vraie vie a sa place ici. Sur la table de sa salle à manger trônent ses petits trésors ainsi que ceux de ses compères. Les voitures de rallye y côtoient les deudeuches et les utilitaires, le tout sous forme de dioramas mettant en scène les véhicules dans un décor miniature.

On se croirait dans la chambre d’un enfant et pourtant ces messieurs ont entre 20 et 60 ans ! « C’est une passion qui commence enfant après s’être vu offrir sa première petite voiture. Au fil du temps, on en acquiert d’autres, mais les critères de sélection deviennent de plus en plus pointus et on passe du domaine du jouet à celui du modélisme automobile », souligne Hasina Eric Andrianjafiarisoa, l’expert diorama du club, qui n’apprécierait guère – pas plus que ses collègues – de se voir coller l’étiquette de « grand enfant ». « J’aime modifier mes modèles. Par exemple, les 4 L sont peintes en beige pour ressembler aux taxis. Ma fierté de collectionneur est d’avoir des pièces uniques, quasiment des œuvres d’art. »

Le Mada Miniature Club compte une trentaine d’adhérents, dont quatre femmes seulement. Le record de pièces à Madagascar est détenu par l’heureux propriétaire de 1 400 modèles réduits, tous au 1 / 43e, mais la plus grande collection du monde est celle de l’ancien pilote de course libanais Nabil Karam avec plus de 30 000 pièces sous vitrines ! Et ça en fait de l’argent, certains modèles de Ferrari Formule 1 ou de Lamborghini pouvant atteindre 1,5 million ariary, dix fois plus qu’une petite deudeuche, dans les magazins spécialisés online. Bien sûr, certaines marques historiques comme Dinky Toys, Solido ou Norev (Majorette) sont plus recherchées que d’autres pour la qualité de leurs reproductions (une Dinky rare pouvant se vendre jusqu’à 10 000 euros aux enchères !), mais le Japonais Kyosho et l’Italien Bburago ont également la cote auprès des collectionneurs locaux. « Le mieux est encore de chiner dans les marchés aux puces. Avec un peu de chance on tombe sur un trésor sauvé des poubelles qu’il ne reste plus qu’à retaper », confie l’expert diorama. Vous l’avez compris, une teuf-teuf miniature, ça finit rarement épave au cimetière des voitures.

COMMENTAIRES
Identifiez-vous ou inscrivez-vous pour commenter.
[userpro template=login]