L’Humaniste : Le magazine du rotarien moderne
3 juillet 2014 - Médias commentaires   //   2506 Views   //   N°: 54

L’idée de fédérer tous les clubs Rotary de la région, du district 9220 précisément, passait nécessairement par la création d’un organe commun. Il a fallu attendre trente ans, mais c’est chose faite avec L’Humaniste, le magazine qui cible l’action humanitaire tous azimuts. 

Le premier numéro de L’Humaniste est sorti fin mai. Tiré à 5 000 exemplaires, ce bimestriel vendu 5 000 Ar a une identité fortement régionale puisque produit par le distingué Rotary Club, district 9220, zone incluant Madagascar et tous les pays de l’océan Indien, ainsi que Djibouti. À ne pas confondre avec The Rotarian qui est le magazine officielle du Rotary International, cette association philantropique bien connue qui rassemble près de 35 000 clubs à travers le monde. « Le district 9220 existe depuis trente ans, il était temps pour nous d’avoir enfin notre magazine. Les rotariens font beaucoup d’actions humanitaires à Madagascar et sur la région, mais communiquent assez peu là-dessus. C’est dommage car cela pourrait inciter d’autres à faire de même », fait valoir Toky Rajaona, directeur artistique du magazine.

Plus que d’être la « voix du Rotary », L’Humaniste veut parler de l’actualité des initiatives humanitaires qui ont cours dans la région, qu’elles émanent de sociétés privées, d’ONG ou de fondations. « Adduction d’eau potable dans les communes enclavées, donation d’appareils médicaux pour les hôpitaux publics, attribution d’aides aux orphelinats, les clubs Rotary jouent pleinement leur rôle. Mais nous pensons qu’il y a d’autres synergies à créer afin d’être encore plus efficaces et présents sur de plus gros chantiers », explique Toky Rajaona.

Il faut savoir qu’il existe 410 rotariens à Madagascar, répartis dans 18 clubs dont neuf sont en province. C’est en gros le quart des rotariens du district 9220, ce qui montre bien l’importance de la Grande Ile dans le dispositif régional. Il y a toujours un peu la perception que les clubs Rotary seraient des dépendances de la franc-maçonnerie : idée tenace, d’ailleurs ancienne, mais fausse ! « Le Rotary partage avec la franc-maçonnerie quelques similitudes dans l’organisation : une certaine discrétion et la désignation des nouveaux membres par cooptation. Mais les deux organisations n’ont pas de lien entre elles si ce n’est que certains rotariens peuvent effectivement être maçons. C’est le cas de Nasolo Valiavo Andriamihaja (Vanf), notre directeur de la publication, qui a choisi de se présenter publiquement comme tel, mais n’occupe pas la fonction pour cette raison. » Dans un contexte, il faut bien le dire, complètement dépassionné puisque même l’Église catholique est représentée aujourd’hui dans les clubs Rotary !

Au-delà du fantasme, le Rotary se présente tout simplement comme une association de membres issus des milieux d’affaires et des professions libérales. Créé en 1905 aux Etats-Unis, c’est en fait le premier « club service » connu : un type d’organisation dont les membres partagent les mêmes valeurs, ici l’action humanitaire, l’entente et la paix dans le monde, avec la fameuse devise : « Servir d’abord ». Edité à Tana par Becom Edition, L’Humaniste est surtout une belle opportunité de parler encore plus Madagascar et qui sait ? de lui apporter de nouveaux chantiers. « Nous voulons être le magazine des hommes de bonne volonté, ouvert à toutes les bonnes idées pour servir encore mieux notre pays », commente Toky Rajaona. 

Solofo Ranaivo

COMMENTAIRES
Identifiez-vous ou inscrivez-vous pour commenter.
Fermer