L’histoire de Pépé Chien
12 décembre 2014 - FombaNo Comment   //   2592 Views   //   N°: 59

En général, les thèmes abordés par les proverbes malgaches sont sérieux et profonds. mais en pensant à celui-ci, je ne peux m’empêcher de sourire et même de rire : «Aza manao firon’ambolahy antitra» : « ne sois pas aussi protecteur qu’un vieux chien.»

Depuis mon enfance, j’ai entendu bien des gens employer le proverbe « Aza manao firon’ambolahy antitra » au sens de : « Ne convoite pas quelque chose que tu ne pourras garder seul ». Une déclinaison du vieux dicton français : qui trop embrasse mal étreint. Mais je me suis longtemps posé la question : pourquoi parle-t-on ici d’un vieux chien ? J’ai trouvé la réponse bien des années plus tard, à la lumière de cette petite anecdote qui sent bon sa campagne. Un soir, dans le village où je vivais, il y avait une chienne qui se trouvait être fortement en chaleur. Tous les cabots, plus d’une vingtaine, accouraient de partout, on aurait dit la ruée vers l’or. La demande excédant l’offre, imaginez la compétition ! Entre eux, n’y avait plus ni parents ni amis… juste des rivaux empressés de rendre leur hommage personnel à la belle. Les chiens domestiques en perdaient leurs belles manières : enfermés dans l’enclos, ils hurlaient de dépit de ne pouvoir être de la fête, alors que

n’importe quel bâtard vagabond se faisait un devoir d’y courir !
À la nuit tombée, le tintamarre redoubla, les joutes entre mâles devinrent encore plus violentes. Le matin, après un sommeil perturbé, je sortis de la maison, et quelle ne fut pas ma surprise de voir Pépé, un vieux chien maigrichon et au poil tombant, tenir tête à la horde des mâles qu’il tenait à distance en montrant les crocs. Malgré sa maigreur, il impressionnait les autres par la qualité de ses grimaces et de ses grognements !

Peut-être le droit d’aînesse avait-il penché jusque-là en sa faveur, mais il est clair que les jeunes mâles n’étaient plus décidés à attendre plus longtemps leur part de festin. C’est là que j’ai compris le vrai sens de l’adage. Soudain, ils attaquèrent dans un même mouvement et Pépé blessé dut battre en retraite, la queue entre les jambes. Il allait se passer du temps avant que ses plaies cicatrisent, mais tant pis, il ruminerait cela comme un merveilleux souvenir pour illuminer ses vieux jours. À nous de tirer les leçons de l’histoire de Pépé Chien !

COMMENTAIRES
Identifiez-vous ou inscrivez-vous pour commenter.
[userpro template=login]