Les enfants de Manina
5 juin 2012 - Associations commentaires   //   963 Views   //   N°: 29

Depuis quinze ans, Manina Consiglio est sur tous les fronts de la lutte contre la pauvreté à Nosy Be comme dans le nord de l’île. Un dévouement sans faille qui lui a valu en Italie, son pays d’origine, le surnom d’ « ange de Nosy Be » et à Madagascar la plus haute distinction de la nation due au mérite… 

Ici tout le monde la connaît et la gratifie d’un affectueux « ciao Manina ! » En Italie, son pays d’origine, on l’appelle aussi « l’ange de Nosy Be ». Son action humanitaire à Madagascar a ému le pays et en 2004 une association caritative s’est créée (I Bambini di Manina del Madagascar – Les enfants de Manina de Madagascar) pour l’aider à trouver des fonds pour soutenir ses projets. Mais jusque-là, c’est en comptant sur ses propres forces et sur la générosité de ses amis que Manina Consiglio s’est battue et est parvenue souvent à faire des miracles. 

En décembre 1997, c’est en simple touriste qu’elle pose pour la première fois le pied sur Nosy Be. « Je n’y étais pas allée pour jouer au missionnaire, je cherchais un endroit pour écrire et pêcher, je voulais faire le bilan sur ma vie », confie-t-elle. Tout de suite la misère lui explose au visage et lorsqu’elle aperçoit sur la plage un paréo avec écrit dessus manina (nostalgie en malgache), elle y voit comme un signe du destin : quelque chose en elle qui lui commande de rester. Désormais elle n’enseignera plus la philosophie à Naples, elle la vivra en acte à Nosy Be.

« Chez Manina » devient rapidement le rendez-vous des enfants qu’elle soigne, des pauvres qu’elle nourrit. Dès la première année, elle scolarise 80 bambini (enfants), 160 la deuxième et 600 la troisième. En 2001, elle se lance dans un projet encore plus ambitieux : la construction des premières Tsaiky Tsara (Les bons enfants), des écoles « communautaires » de villages où tout est gratuit, y compris les fournitures, de la maternelle au secondaire. Il en existe aujourd’hui 200 s’étendant jusqu’à Diego et accueillant plus de 12 000 enfants. Le dernier projet en date est l’ouverture d’un lycée technique sur Dzamandzar.

Dans la foulée, Manina va encore créer sept dispensaires où les visites médicales et les médicaments sont également gratuits. Au niveau de l’aide sociale, son souci est de livrer tous les jours au moins un repas aux plus pauvres. Ce sont ainsi près de 200 familles qui sont approvisionnées grâce à elle. En y ajoutant le soutien aux prisonniers, aux personnes âgées et aux handicapés, ce sont 73 sacs de riz de 50 kg qui sont distribués chaque mois. Sans oublier les distributions hebdomadaires de lait pour les enfants et la crèche qu’elle a installée à Hell Ville. « Je me donne du mal, mais ce que je reçois est encore plus grand », confie en toute humilité celle qui a été nommée Chevalier, puis Officier de l’Ordre national en 2010. Un honneur rare pour une Non-Malgache, mais à la hauteur de son immense dévouement.  

#CélineFelumb

COMMENTAIRES
Identifiez-vous ou inscrivez-vous pour commenter.
Fermer