Le Trimardeur
30 juin 2020 - La mode Making Off commentaires   //   548 Views   //   N°: 123-125

Dedicated to G.A.
(1926 – 2020)

Les petites choses de Paris
Combi-short 100 000 Ar

Aigle d’Or
Pochette 65 000 Ar

Dentelle Passion
Robe by Ikywi 330 000 Ar

Via Milano chez Tripolitsa
Robe fleurie 300 000 Ar

Escarpins Albero
250 000 Ar

Via Milano
Sac Lavinial 550 000 Ar

Compensées Albero
250 000 Ar

La Sobika
Paréo
65 000 Ar

Bob
32 000 Ar

Carambole
Tee shirt 49 000 Ar

Short Beby
75 000 Ar

Carambole
Tee shirt 49 000 Ar

Les petites choses de Paris
Robe Cache cache 100 000 Ar

Aigle d’Or
Pochette 65 000 Ar

Dentelle Passion
Ensemble Kimono by Ikywi
250 000 Ar

Maki Company
Parapluie GM 59 000 Ar

Robe en bretelle
48 000 Ar

Maki Company
Parapluie PM 49 000 Ar

Robe Polo
50 000 Ar

Maybelline New York
Rouge à lèvres Superstay Ink Crayon n° 10 – Trust your gut
Vernis à ongles Colorshow n° 150 – Mauve Kiss
Rouge à lèvres Color Sensational n°750 – Choco Pop
Tattoo Liner Crayon Gel 901 – Intense Charcoal

Photographe : Dahery
Prise de vue : Ambodivona
Modèles : Tina & Tinah
Make-up : Maybelline New York
Coordination : NyFaniry
Maquillage : Ando Rakotomanarivo

J’ai trimé comme un pauvre bougre toute ma vie
J’ai roulé ma bosse sur les chemins sans compagnie
Lourd de cœur je m’en allais cherchant la femme
qu’on trouve jamais
Oui j’en ai bavé vous le savez

J’ai travaillé dans les champs du Kensas, les champs de blé
J’ai travaillé dans les champs du Kensas, vous le savez
J’ai fauché les blés, j’ai fait les foins
J’ai tant sué pour une bouchée de pain
J’ai travaillé dans les champs vous le savez

Les trains de marchandises m’ont emmené loin des grandes villes
J’ai bossé sur les voies d’garage, comme un imbécile
J’ai roulé d’nuit, j’ai roulé d’jour
J’ai roulé à en devenir sourd
J’ai roulé loin des villes vous le savez

J’ai travaillé dans les mines de charbon, au fond de taille
De poussière empli mes poumons et mes entrailles
Mon marteau piqueur pétait dur
J’ai fait cent kilomètres, ça j’en suis sûr
J’ai travaillé dans les mines vous le savez

J’ai couché sur la pierre des prisons, vous le savez
J’ai couché sur la pierre des prisons, bien des années
Ces salauds d’flics ils m’ont piqué
Pour vagabondage ils m’ont coffré
J’ai couché sur la pierre vous le savez

J’ai trimé comme un pauvre bougre toute ma vie
J’ai roulé ma bosse sur les chemins sans compagnie
Lourd de cœur je m’en allais
Cherchant la femme qu’on n’trouve jamais
Oui j’en ai bavé vous le savez

COMMENTAIRES
Identifiez-vous ou inscrivez-vous pour commenter.
Fermer