Le portrait chinois de Guy Trichet
2 avril 2015 - Couv by Cultures commentaires   //   2263 Views   //   N°: 63

Plus parlant qu’un CV, moins aride qu’une bio, le portrait chinois s’invite dans no comment®. Le peintre Guy Trichet (ou Yug Tehcrit par effet miroir), illustrateur de notre couv’, répond du tac au tac. 

Si j’étais un objet…
Je serais la boule du « ripopo », un jeu sans fin dont je suis seul à connaître la réponse…

Si j’étais un animal…
Un cheval, en souvenir de celui qui m’a transporté à travers les campagnes françaises.

Si j’étais un plat…
Je serais à base de pommes de terre, d’ail, d’oignons, de viande ou de poisson, de thym, de 

laurier, de sel, de poivre, d’une simple goutte d’huile d’olive, le tout cuit à la braise ou à la cendre chaude dans un « diable » (une marmite en terre cuite d’origine charentaise).

Si j’étais un personnage de fiction…
Je serais un homme ou une femme qui vit sans argent.

Si j’étais un film…
Un western comme Le Bon, la brute et le truand, mais interprété par des femmes et mis en scène par une femme.

Si j’étais une arme…
Une sarbacane, car si je me servais de cette arme, je vivrais au fin fond d’une forêt africaine.

Si j’étais un personnage historique…
Socrate, celui qui savait qu’il ne savait pas.

Si j’étais un fruit…
Celui de ma plus belle aventure, le « bonheur ».

Si j’étais un bruit…
Celui du silence qui ne s’entend que si on l’écoute.

Si j’étais un pays imaginaire…
Comme athée, je serais le pays à l’image de Dieu… 

Propos recueillis par #JoroAndrianasolo 

COMMENTAIRES
Identifiez-vous ou inscrivez-vous pour commenter.
Fermer