L’arbuste qui cache le zébu
16 juillet 2018 - Fanahy gasy commentaires   //   696 Views   //   N°: 102

« Aza mivarotr’omby anaty ambiaty » : « Ne vendez pas le zébu dans les ambiaty. », dit un dicton très ancien. C’est même devenu une expression courante dans la conversation, raccourcie ainsi : « Ne vendez pas dans les ambiaty ». Mais qu’est-ce que cet « ambiaty » dont on nous farcit les oreilles?

Beaucoup de citadins l’ignorent sans doute mais l’ambiaty est un arbuste très courant dans les campagnes. Sa grandeur n’est pas suffisante pour dissimuler totalement un zébu, mais assez toutefois pour s’en faire une idée générale lorsqu’il se cache dedans. Car il arrive souvent aux zébus cuits par le soleil de se réfugier à l’ombre de ces arbustes. Il arrive aussi que les propriétaires de zébus utilisent ces ambiaty pour vendre le bétail, sachant qu’ils empêchent précisément de bien évaluer l’animal. Idéal par exemple pour cacher une malformation qui ferait tomber la valeur de l’animal. Aussi le dicton préconise-t-il de toujours exposer le zébu en terrain découvert, pour bien l’évaluer et que la transaction soit la plus claire possible entre les deux parties.

Ce dicton est ancien, mais il peut s’appliquer aux temps modernes. Même s’il ne s’agit plus de zébus, le principe reste le même. A l’achat d’une voiture par exemple, surtout si elle est d’occasion, il ne faut pas se contenter de voir la carrosserie, le côté esthétique qui nous séduit de prime abord, mais aussi ce qu’il y a à l’intérieur, le moteur par exemple. Aussi, pour bien évaluer uechose, il ne faut pas hésiter à l’examiner sous toutes les coutures, pour avoir une idée de sa valeur. Bien entendu, au-delà de toute considération pratique, le commerce est bien ce jeu d’attrape-nigaud où le plus malin –et le moins honnêtes – a toutes les chances de remporter la partie. Bref, ayons toujours conscience de la valeur de l’objet que nous possédons et de la valeur de celui que nous voulons acheter. Car comme le dit un autre dicton : « Le regret est toujours après, jamais avant. »

COMMENTAIRES
Identifiez-vous ou inscrivez-vous pour commenter.
Fermer