Lamha : Réveiller les Comores
6 octobre 2016 - Comores Diaspora commentaires   //   2434 Views   //   N°: 81

Lamha des Comores, littéralement « réveil des Comores », est une association qui œuvre pour la promotion de la culture comorienne à travers le monde. Créée en 2009 par des lycéens de Moroni, elle s’implante aujourd’hui à Tana.

Après Paris, c’est au tour d’une autre capitale, Tana, d’accueillir une antenne de la très dynamique Association des jeunes Comoriens pour le développement socioculturel ou Lamha. Cette association créée en 2009 par des lycéens de Moroni (Grande Comore) entend tisser un vaste réseau d’influence à travers le monde et plus particulièrement en Afrique. « Dans chaque pays où nous nous implantons, nous constituons une plateforme de rencontre entre les étudiants comoriens qui y vivent et la jeunesse des pays hôtes. Plus largement, il s’agit pour nous de promouvoir la culture comorienne », explique Mdziani Anfane, le tout nouveau président de Lamha-Madagascar.

Si l’association à son origine s’impliquait essentiellement dans les domaines culturel et sportif, elle a depuis investi un tas d’autres domaines – humanitaire, social, économique, sanitaire – se présentant comme le reflet de la nouvelle société civile comorienne. « Nous ne dépendons d’aucun parti, nous voulons rester indépendants, y compris des grandes institutions internationales de type Unicef ou Pnud (Programme des Nations unies pour le développement). Nous ne sollicitons aucun financement, tout ce que nous réalisons est dû uniquement à nos cotisations et à la générosité des Comoriens. » Parmi les actions remarquables réalisées jusqu’ici, la « journée propre » dans les maternités de Moroni et de Mutsamudu (Anjouan) avec distribution de cadeaux, ou encore la journée hommage à Aimé Césaire, chantre de la négritude.

« Au départ, Lamha cherchait surtout à nouer des liens d’une île à l’autre entre les jeunes comoriens, surtout ceux qui sont menacés par le désoeuvrement et la délinquance. Aujourd’hui, notre ambition est plus vaste, nous pensons que la jeunesse comorienne dans sa totalité a un rôle déterminant à jouer pour le développement du pays. »

Tana se devait tout naturellement d’être l’une des premières villes à accueillir ce projet. C’est chose faite depuis le 24 juillet dernier où a eu lieu l’investiture officielle de l’association au sein de l’Université d’Antananarivo. Une journée marquée par l’enthousiasme et qui a commencé par une conférence sur le rôle de la société civile dans le développement socio-économique des pays (problématique intéressant autant les Comores que Madagascar). Le public a pu ensuite apprécier des spectacles de danses traditionnelles comorienne, malgache et chinoise (avec l’Institut Confucius de l’Université d’Antananarivo), mais également du théâtre et du slam, avant de terminer par un minishow assuré par Ziad Daroueche, l’étoile montante de la musique comorienne à Madagascar. « Durant cette journée, près de 500 jeunes de toutes nationalités ont adhéré à notre association, c’est le signe que nous répondons à une véritable demande au niveau de la région pour un monde plus juste et plus unitaire », se félicite Mdziani Anfane. Si tous les Comoriens du monde voulaient se donner la main…

COMMENTAIRES
Identifiez-vous ou inscrivez-vous pour commenter.
Fermer