La Réunion : Oliniaina Andria, la vahiné des hauts plateaux
3 juillet 2014 - Cousins-cousines DiasporaNo Comment   //   3233 Views   //   N°: 54

Si la danse tahitienne est l’une des passions d’Oliniaina Andria, son investissement pour promouvoir la culture malgache dans le tissu associatif à La Réunion est quotidien. Son souhait le plus cher : l’implantation de la danse polynésienne sur les hauts plateaux. 

Elles sont 40 danseuses pour honorer la culture polynésienne au sein de l’association Hei Tiaré (couronne de fleurs en tahitien). Parmi les 40 sourires épanouis de cette belle couronne, une fleur des hauts plateaux : Oliniaina Andria dit Oly, qui pratique sa passion depuis maintenant cinq ans. Si elle n’en néglige pas pour autant la danse malgache, ce sont la grâce et les mélopées de la musique tahitienne qui l’ont conquise. « Ancêtres communs ? Racines communes ? », s’interroge-t-elle. En pratiquant la danse tahitienne, elle constate des similitudes dans la culture des deux îles. L’origine indonésienne de la langue malgache et des habitants des hauts plateaux expliqueraitelle les ressemblances dans le chant, les intonations, mais aussi dans les traits du visage des deux peuples ? Oly, originaire de Tana, pourrait tromper plus d’un Tahitien sur ses origines. Dans ses projets, elle n’exclut d’ailleurs pas de participer à l’implantation de la danse tahitienne sur les hauts plateaux.

Oly est installée depuis dix ans à La Réunion. Comme beaucoup de Malgaches qui se sont d’abord expatriés en métropole, La Réunion a pour elle un double avantage : « Un moyen de rester proche de la grande île, tout en bénéficiant des avantages de la culture occidentale. » Titulaire d’une maîtrise de commerce international, Oly a travaillé dans la publicité, la communication, puis dans la formation en management et marketing.C’est surtout au sein de l’entreprise familiale, au côté de la styliste Voahangy, sa maman, qu’elle pense construire son avenir professionnel. La styliste a créé la société Bodovoahangy à Tana, et la marque Kidiwi, devenue une référence dans la mode enfantine en Europe.

Côté associatif, Oly est l’un des piliers de l’association humanitaire et culturelle Mada OI, s’occupant essentiellement du coaching et des chorégraphies des jeunes danseuses malgaches de l’association pour toutes les représentations dans l’île. Elle participe activement chaque année à la réussite de FetyGasy sur le barachois à Saint-Denis. Véritable ambassadrice de sa culture d’origine, Oly est très fière de participer à l’ensemble des événements qui permettent de mettre la culture malgache en avant à La Réunion. Et des représentations à changer sur Mada, il y en a, « quand la presse locale à La Réunion ne parle de Madagascar que quand il y a des problèmes… » Au quotidien, Oly participe à démontrer que « les Malgaches ne sont pas que des marabouts et que les filles ne sont pas toutes de mauvaise vie… » 

 

Julien Catalan

COMMENTAIRES
Identifiez-vous ou inscrivez-vous pour commenter.
[userpro template=login]