K-mëc : Mister Cocktail
16 février 2022 - Gastronomie commentaires   //   343 Views   //   N°: 145

Véritable chimiste de la boisson festive, K-Mëc n’hésite pas à expérimenter les mélanges les plus improbables pour satisfaire les palais. Pour lui, la création est infinie et… sans modération !

Litchi sour

© Photo : Fabio Thierry Andriamiarintsoa

Bartender ou mixologue ?
Les deux, mon colonel (sorbet citron arrosé de vodka pour les connaisseurs, ndlr). Le bartender est celui qui maîtrise l’art du service, le mixologue celui qui crée les recettes et moi je fais les deux. J’ai chez moi un laboratoire équipé de plusieurs variétés d’alcools, de spiritueux, d’épices et de contenants en tout genre. La mixologie, c’est de la chimie, pour bien maîtriser le truc, il ne faut pas hésiter faire le voyage alcoolique… je m’explique ! Il faut goûter à tout car chaque alcool a sa particularité selon sa région, son pays d’origine… Perso, je fais beaucoup de recherches, beaucoup de lectures, je m’adapte aux produits mais aussi à mon environnement et à la demande des clients.

Tes meilleurs cocktails ?
Il y a quelques temps, j’ai participé à un événement All Cool, Look all (Alcool Local) pour représenter les 18 tribus de Madagascar en cocktails. Je me suis documenté sur chaque tribu. Par exemple, pour les Betsileo, j’ai choisi la corne de zébu comme contenant et j’ai utilisé l’Ambodivoara (rhum artisanal) comme base. Parmi mes autres créations, on retrouve le Litchi Sour, le Banana Split, le Akka… Il en faut pour tous les goûts. Certains adorent les cocktails plutôt salés, crémeux ou à base de persil, de ciboulettes… Personnellement, je les aime amers.

Quelle formation as-tu suivi ?
J’ai fait trois ans en hôtellerie à l’école Sir Gaëtan Duval à l’île Maurice. J’ai choisi la filière Food and Beverage avec spécialisation en bartending. Entre temps, j’ai enchaîné les petits boulots comme plongeur dans un Food Court ou serveur dans un restaurant chinois, le Shandong. Dans cet établissement il y avait un barman qui est décédé peu de temps après et on m’a proposé de lui succéder comme Bar Manager. J’y ai également rencontré un mixologue et j’ai donc appris à composer, à connaître les densités et les spécificités des rhums et des autres boissons. Quand le Shandong a fermé, j’ai fait la rencontre d’un maître d’hôtel qui m’a proposé de travailler avec lui au Palms Hotel à Quatre-Bornes, au sein du Sky on 12 Lounge au niveau du rooftop. À l’époque, ce n’était pas encore très connu. On m’a donné carte blanche pour créer des signatures cocktails.

Le retour à Madagascar ?
Je suis revenu en 2018. Je cherchais un endroit pour faire du jonglage et on m’a indiqué l’Aléa des Possibles de Virginie Lavenant. Elle devait inaugurer un chapiteau de cirque en collaboration avec l’Is’art Galerie, l’actuelle Teinturerie à Ampasanimalo, et elle m’a demandé de proposer mes cocktails. Malheureusement, je n’en ai vendu que deux ce jour-là. Mais Cécile, de l’Is’art Galerie de l’époque, m’a proposé de travailler avec eux et de faire évoluer le côté restauration et bar du Comptoir des artistes, j’y suis toujours. J’ai aussi créé un bar mobile pour mieux faire connaître le métier qui n’est pas très valorisé chez nous.

Tes projets ?
De même qu’il y a des festivals de musique ou de danse, je vais organiser un festival des cocktails à la Teinturerie. Ce sera un grand laboratoire, j’y serais avec toutes les personnes qui ont collaboré avec moi, celles que j’ai formées. Ce sera une première à Madagascar. Je voudrais aussi participer au World Class, une compétition internationale de bartending. L’océan Indien est toujours représenté par La Réunion et l’île Maurice, pourquoi pas Madagascar ?

Propos recueillis par #AinaZoRaberanto

COMMENTAIRES
Identifiez-vous ou inscrivez-vous pour commenter.
Fermer