Justine Be : Et pourtant, elle sourit…
15 décembre 2014 - AssociationsNo Comment   //   2042 Views   //   N°: 59

Il arrive parfois que l’on éprouve quelque diffilté à imaginer que madagascar vit au troisième millénaire. L’histoire, banale, de Justine tend effctivement à prouver le contraire.

La petite Justine, 10 ans, erredans la brousse, aux portes de Diego-Suarez, pour aller puiser l’eau. Violentée et violée, elle tombe enceinte. Quelques mois plus tard, elle met au monde un enfant mort-né dans d’affreuses souffrances. La « sage-femme » la frappe si violemment pour ne pas qu’elle s’évanouisse qu’elle en perdra une partie de son acuité auditive. On « extirpe » le fœtus et dans le même geste… l’appareil urogénital de la pauvre enfant ainsi que ses intestins.

Premier miracle : Justine survit. Deuxième miracle : Le Club Vantagna (lire notre édition de novembre dernier) la prend en charge et la fera opérer à deux reprises dans la clinique internationale de Mandritsara par un professeur hollandais.

Après des mois de souffrance et d’incontinence, Justine reprend ainsi le dessus malgré le fait que la personne « de confince » qui l’a accompagnée a détourné une grande partie de l’argent pour sa nourriture (elle ne mangera que du riz durant sa convalescence).

Le Club Vantagna se charge, aujourd’hui, de la scolariser après l’avoir sortie du milieu familial au sein duquel son père alcoolique ne pense qu’à faire des enfants à sa mère gravement handicapée. Quand Justine retrouve ses bienfaitrices, elle les enlace avec un large sourire semblant avoir tout pardonné. Comme ton nom l’indique, tu es grande, Justine.

Texte et photo #RichardBohan

COMMENTAIRES
Identifiez-vous ou inscrivez-vous pour commenter.
[userpro template=login]