Jouets chinois : Pas chers, mais…
7 décembre 2015 - Conso commentaires   //   1282 Views   //   N°: 71

En décembre, le marché local – à Tana comme en régions – est inondé de jouets. La quasi-totalité de ces jouets vient de Chine mais sont loin de répondre aux normes internationales de sécurité. Alertez les bébés ! 

Dès que décembre pointe son nez, les magasins et les rues de Tana (et des régions aussi) sont inondés de jouets. Même les gens, ordinairement vendeurs d’autres produits, se mettent à proposer des jouets durant ce mois. D’après enquête, la quasi-totalité de ces joujoux vient de Chine – et non de Laponie comme certains aiment à leur faire croire à leurs enfants. Le Made in China s’inscrit sur tout ce qu’il est concevable de produire en matière de jouets : voitures, poupées, peluches, bicyclettes, consoles… Si ces produits submergent le marché, c’est d’abord qu’ils sont vendus à très bas prix, en tout cas comparés aux produits importés d’Europe. « Heureusement que les Chinois sont là, ils permettent aux familles nécessiteuses d’acheter quelque chose pour leurs enfants, afin qu’ils aient eux aussi leur Noël », fait valoir Fara, mère de famille.

Pourtant, selon une enquête menée en 2011 par l’Administration chinoise, près d’un jouet sur dix fabriqué pour le marché intérieur chinois présenterait des dangers pour la santé. Sur 242 jouets sélectionnés au hasard dans huit provinces du pays, 20 ne répondaient pas aux normes, signalait l’Administration chargée des contrôles qualité, de l’inspection et de la quarantaine (Aqsiq). Trois des jouets examinés contenaient notamment des métaux lourds comme du plomb et du cadmium, dont l’absorption peut provoquer de graves empoisonnements.

D’autres produits se distinguaient par des angles coupants et des « protubérances dangereuses », toujours selon le communiqué de l’Aqsiq. Et sachant que ces jouets se retrouvent fatalement à l’exportation (les trois-quarts des jouets fabriqués dans le monde proviennent en effet de Chine), que penser de ceux qu’on trouve sur le marché malgache ?

En 2008, par exemple, l’Institut Pasteur de Madagascar découvre que des yoyos fabriqués en Chine contiennent un liquide contaminé par des bactéries fécales. Ou encore ces voitures et motos miniatures vendues avec de petites pièces détachées, au risque pour les enfants de s’étouffer avec. Tous ces jouets sont d’ailleurs interdits d’entrée sur le marché européen car ne répondant pas aux normes internationales de sécurité. Tout aussi inquiétant, un rapport publié en 2011 par Greenpeace indique que « certains jouets vendus en Chine continentale et à Hong Kong contiennent des phtalates (avec un taux de 130 fois supérieurs à la limite autorisée), un groupe de produits chimiques utilisés pour assouplir les matières plastiques qui peuvent provoquer des troubles hormonaux, et sont interdits dans les articles pour enfants de moins de trois ans dans l’Union européenne… »

Dans les pays européens, ces produits sont confisqués par les Douanes. L’année dernière, environ 86 000 jouets jugés dangereux et non conformes ont ainsi été confisqués par les autorités françaises et belges. Vigilance donc car ces produits sont bel et bien ceux que l’on retrouve sur nos marchés de Noël. Un grossiste de jouets à Tsaralalàna refuse de parler du sujet. « Ces produits sont autorisés à entrer sur le territoire national. Nous sommes donc autorisés à les vendre », souligne un grossiste de jouets de la capitale. Ferdinand, vendeur de rue à Tsaralalàna, estime que c’est de la responsabilité des parents de bien choisir les jouets qu’ils destinent à leurs enfants. « Tous les jouets chinois ne sont pas dangereux, il suffit juste d’ouvrir l’oeil », estime-t-il.

Au niveau du Réseau national de défense des consommateurs, on annonce que des démarches sont en cours pour limiter l’arrivée de ces produits sur le marché local. « Nous sommes en pourparlers avec le ministère du Commerce et de la consommation à ce sujet », fait savoir Lita Rabenitsara, le président du réseau. « Certes, aucun incident grave n’a été signalé ces quatre derniers années, mais nous n’aurons pas la conscience tranquille tant que nous ne contrôlerons pas mieux ces produits. »

COMMENTAIRES
Identifiez-vous ou inscrivez-vous pour commenter.
Fermer