Jonathan MIFSUD : « Viser le plus haut niveau mondial »
11 juin 2020 - Add-on commentaires   //   278 Views   //   N°: 123-125

Festivals dédiés à la culture geek, émissions télévisées centrées sur les jeux vidéo, et multiples compétitions avec cashprize à la clé… Le sport électronique s’épanouit sur la Grande Île et une association de jeunes s’est lancée il y a un an pour valoriser le créneau. Nous rencontrons Jonathan Mifsud, fondateur et P-DG de Madagascar E-Sport, le manager de l’équipe ayant sorti le champion d’Afrique malgache sur le jeu de foot « PES 2020 » !

Comment t’est venue l’idée de promouvoir l’e-sport ?
En un mot : DotA, un jeu vidéo de bataille en ligne multijoueurs. C’est le jeu qui m’a fait découvrir et voir les jeux vidéo sous leur aspect compétitif. Et puis cette phrase, qui est devenue notre devise : « Rien de grand ne s’est accompli dans le monde sans passion. »

Jonathan Mifsud de Madagascar E-Sport

Tu as vécu et étudié dans trois pays différents. Pourquoi avoir choisi Madagascar ?
Sans doute l’envie d’être utile à mon pays natal. Je suis né ici, j’ai grandi ici. Mais à Madagascar, il y a en plus ce que j’aime appeler un « brasier ardent » dans le cœur de chaque joueur que j’ai pu côtoyer, et je pense que c’est ce qui a fait la différence.

Comment s’est passé le début de l’aventure ?
On va dire qu’on a eu beaucoup de chance, tout s’est fait très vite. En quelques semaines, nous avions une équipe de jeunes dévoués à la cause, prêts à se « sacrifier » pour leurs idéaux. Madagascar E-Sport a repris les fondateurs de la Fédération de DotA pour commencer, puis d’autres passionnés nous ont rejoints petit à petit.

Madagascar E-Sport souffle sa première bougie. Premier bilan ?
Nous avons posé des bases solides. Maintenant, il faut concrétiser : rythme soutenu, rigueur et professionnalisme seront les mots clés de 2020.

Pourquoi avoir créé l’équipe MeS Excelsior, en plus d’être organisateur d’événements ?
MeS Excelsior a été créée, comme souvent, suite à une discussion entre amis. Voici l’idée : prenez un étudiant doué sans moyen de financer ses études, donnez- lui sa chance, avec une bourse. Vous allez contribuer à la création d’un génie, ultra- motivé. C’est ce qu’il s’est passé, mais en version « gaming ». Nous, on leur donne ce dont ils ont besoin pour s’entraîner au mieux, et eux, ils font ce qu’ils savent faire : jouer et gagner. Pour avoir un exemple clair de ce que l’e-sport peut apporter à ces jeunes, le joueur professionnel américain Dominique « SonicFox » McLean a utilisé ses gains en tournoi pour financer ses études supérieures. Et puis, être organisateur d’événements et avoir des joueurs pour nous représenter pendant ces compétitions, c’est le pied quand même !

Quel est le prochain grand événement prévu ?
L’Epic Battle Festival, les 25 et 26 avril au Dôme à Ankorondrano ! Un festival géant, comme on les aime, mais avec un thème principal : les jeux de combat. Évidemment, il y aura d’autres animations, l’objectif étant de réunir un maximum de monde et de sentir nos cœurs battre à l’unisson pour notre passion.

À quoi peut-on s’attendre à l’avenir ?
Comme je le dis souvent, Madagascar E-Sport n’est pas le projet de base. Disons simplement que sa création fut nécessaire pour pouvoir lancer le véritable projet. Donc pour répondre à la question : beaucoup de choses que vous découvrirez. Et pourquoi pas la performance d’un Malgache au plus haut niveau mondial ?

L’e-sport est donc prêt à s’installer sur le long terme à Madagascar ?
Les joueurs sont doués, les acteurs sont motivés, le socle est déjà posé, il n’y a plus qu’à monter les murs et le toit. L’expansion de l’e-sport à l’international est un des phénomènes les plus impressionnants de la dernière décennie, alors pourquoi pas à Madagascar ?

Propos recueillis par #EymericRadilofe

COMMENTAIRES
Identifiez-vous ou inscrivez-vous pour commenter.
Fermer