Joël Soatra : Réussir à Madagascar
5 juin 2012 - ÉcoNo Comment   //   1696 Views   //   N°: 29

Tout en assumant la présidence de la JCI (Jeune chambre internationale) de Nosy Be, Joël Soatra tente de démontrer qu’il est possible, à Madagascar, de valoriser ses propres compétences. 

« ​Je suis né à Ambanja et après un séjour à Antananarivo, j’ai accompagné mes parents, commerçants dans le secteur des épices, jusqu’en France. Des études partagées entre Perpignan et Paris m’ont permis finalement d’obtenir un diplôme d’ingénieur en électrotechnique. »

Un premier emploi dans la capitale française qui ne le satisfait pas. « J’ai eu du mal à accepter d’occuper des postes qui n’étaient pas à la hauteur de mes compétences. C’est alors qu’a germé l’idée de retourner à Madagascar. J’avais toujours eu envie d’être vraiment Malgache et je ne savais pas réellement ce que cela pouvait signifier. Il m’a semblé que le monde entrepreneurial était idéal pour comprendre les réalités du pays. »

Joël crée un cyber dans une galerie commerciale de Hell-Ville, à Nosy Be. « Ça marche plutôt bien malgré les déficiences en infrastructures et les législations qui ont mis un terme à d’autres projets plus ambitieux. Je peux me consacrer en bonne partie à la Jeune chambre internationale et développer, en son sein, les quatre domaines principaux d’opportunités : individuel, communautaire, business et international. Je dois apporter à mon pays les quelques expériences acquises à l’extérieur. »

Un bilan ? « Je ne suis pas déçu d’être revenu et je dois être à la hauteur de ma décision. Je veux prouver à ceux qui me déconseillaient de rentrer, qu’ils ont eu tort… »

COMMENTAIRES
Identifiez-vous ou inscrivez-vous pour commenter.
[userpro template=login]