Jean-Luc Andrianasolo
17 mars 2014 - Portfolio commentaires   //   2087 Views

n°48

Né en 1983 à Antananarivo, Jean-Luc Andrianasolo a grandi à Genève où il réside toujours. Se définissant comme un « photographe documentaire », il s’inspire de la tradition classique des August Sander et Walker Evans. « Ma vue est la plus frontale possible. Je suis aussi profondément diaristique, je prends quotidiennement en photo ce que je trouve poétique. » Au cours de l’année 2010, il s’intéresse davantage à la photographie et commence à voyager. Avant de partir au Brésil, il réalise un documentaire dans une maison close dans le cadre d’un atelier avec le photographe et galeriste Jörg Brockmann. À son retour, il est admis à une formation supérieure en photographie à Vevey. Il réalise alors Labor of Flesh – Portraits at the slaughterhouse : documentaire sur les travailleurs d’un abattoir d’Ambanja, au nord de Madagascar, en collaboration avec Eva Leitof. Ce travail sera exposé dans le cadre du Festival Image 2012. « Je voulais décontextualiser le travail des bouchers. Ils posent avec leurs outils ou les restes de l’animal en dehors de l’abattoir. L’acteur du dépeçage est au centre alors que la bête a déjà succombé. » Ce faisant, il engage une réflexion parfois perturbante sur la frontière entre l’animal et l’humain. « Le noir et blanc à l’intérieur de l’abattoir s’est imposé naturellement, trop de sang aurait été trop sensationnel. Mais je considère comme un petit mensonge de prétendre travailler en noir et blanc alors qu’on a un numérique qui transmet absolument toute l’information ! Mais bon, le mensonge fait partie intégrante d’une image… »

Boucher # 1

Ils commencent leur ouvrage dès l’aube, ils sont jeunes, parfois très jeunes, et plutôt que d’aller à l’école, ils dépècent le bétail pour un salaire composé d’une maigre somme d’argent et d’un sachet de viande.

Boucher # 2

Les animaux sont réduits à de la matière ; le sujet devient objet. La lumière diffuse, le fleuve calme et distant, tous deux coulent indifférents, dans l’ordre tranquille des choses…

ça saigne!

Boucher # 3

Les pieds bien ancrés, les regards parfois pleins et frontaux, parfois vides, sans agressivité, contemplatifs. L’instrument est entre leurs mains. Il sert à découper, dépecer, sectionner, trancher ; il sert également à tuer.

Le mensonge fait partie intégrante de l’image

Joro Andrianasolo

COMMENTAIRES
Identifiez-vous ou inscrivez-vous pour commenter.
Fermer