Jean Denis BOUDOT
1 mars 2013 - Médias commentaires   //   6031 Views   //   N°: 39

Novo-Comm Ogilvy Madagascar célèbre cette année ses dix ans d’existence. Une agence pionnière dans la communication globale qui a complètement transformé le paysage de la pub à Madagascar et sur la région proche, comme nous l’explique son P-DG et cofondateur.

Novo-Comm Ogilvy a apporté à Madagascar la notion d’agence de communication globale. De quoi s’agit-il ?

Nous conseillons et accompagnons nos clients sur l’ensemble du plan de communication. Cela inclut aussi bien la publicité, les relations publiques, presse ou médias, que l’événementiel ou la communication digitale. Il faut se rappeler qu’avant notre arrivée, il y a tout juste dix ans, il n’y avait pas d’agences spécialisées en communication à Madagascar ; c’étaient les boîtes de production audiovisuelle qui fabriquaient, à leur manière, les publicités.

Toute la communication était réduite à la « pub », alors que cette dernière n’est que la partie émergée de l’iceberg. À cause de cette conception erronée, on travaillait au petit bonheur, un peu comme on joue au poker, sans méthode, sans études préalables. Il était temps d’apporter des solutions de communication plus avancées.

La grande force d’Ogilvy est de fonctionner en réseau, en « hub » comme on dit…

Ogilvy Novo-Comm Madagascar procède d’un actionnariat franco-malgache, mais s’intègre à toute une synergie régionale à l’échelle de l’Afrique (Ogilvy Africa) mais également des îles de l’océan Indien.

Dans le cadre du réseau Ogilvy Océan indien, constitué en 2004, nous travaillons en étroite collaboration avec Maurice, La Réunion, les Seychelles et Mayotte, ce qui nous permet de proposer toutes sortes de solutions de communication communes.

Nous avons reçu trois fois de suite le prix du « meilleur réseau » pour la région subsaharienne. En tant que hub manager Ogilvy dans l’Océan indien, je ne puis que m’en féliciter.

Et à Madagascar ?

Nous sommes en pole position depuis le début. Aucune agence malgache n’a décroché plus de médailles que nous, soit une dizaine d’awards à l’échelle régionale. Notre meilleure carte de visite est que tous nos clients sont leaders dans leur domaine, qu’il s’agisse de télécommunication, de banque ou de brasserie.

Beaucoup sont des filiales de firmes internationales et collaborent avec nous sur la longue durée, parfois sur vingt ans. Cela ne veut pas dire que nous ne travaillons pas avec les petites entreprises et les ONG à petit portefeuille, loin de là.

Seulement, comme ces structures ont un budget communication plus restreint, notre collaboration avec elles est plus ponctuelle, le temps d’une campagne.

Ne pensez-vous pas que le marché de la publicité commence à atteindre son point de saturation ?

Évidemment, non ! Il y aura toujours de nouvelles marques et de nouveaux médias pour parler de ces marques. La communication est un investissement comme un autre, les entreprises n’y consacreraient pas autant de budgets si cela ne rapportait rien.

Si des sociétés réussissent, c’est en grande partie grâce à la communication du produit, à l’image et à la notoriété de la marque, toute chose qui se travaille. Faire de la publicité, c’est embellir le produit, mais pas jusqu’à mentir. Pour réussir dans ce milieu, il faut de l’éthique et c’est là-dessus aussi qu’on gagne sur la durée…

Propos recueillis par #SolofoRanaivo

COMMENTAIRES
Identifiez-vous ou inscrivez-vous pour commenter.
Fermer