Ils font bouger les lignes
5 août 2014 - In & Out commentaires   //   2323 Views   //   N°: 55

Aviation 
Air Madagascar change de cap 
Un grand changement s’est opéré au sein de la compagnie aérienne malgache. Après la démission du directeur général sortant Hugues Ratsiferana, Haja Raelison reprend les rênes de la compagnie après avoir été durant plusieurs années, le directeur de la planification et du développement. Il devient directeur général par intérim et pilotera le comité à la tête de la compagnie. Ce n’est pas le seul changement observé au sein d’Air Madagascar puisque, outre le remaniement des membres du conseil d’administration, de nouvelles stratégies sont également annoncées telle que la prise en main du sort de la compagnie par l’État ainsi que la mise en place d’un plan de redressement de sa situation financière. 

Alimentation 
Tropical Aquarium se reconvertit 
Après s’être spécialisés de nombreuses années dans le poisson ornemental, les concepteurs de Tropical Aquarium décident de se reconvertir en tant que vendeurs de poisson cru. Leur nouveau magasin a ouvert ses portes depuis peu à Ambohimanarina. « Il est connu que les poissons d’eau douce de la capitale n’offrent aucune garantie quant à la traçabilité. Ce que nous proposons, ce sont des services qui mettent à la disposition des clients des poissons alimentaires dont nous garantissons à la fois la traçabilité et la qualité »,  

affirme Donty Roberto, propriétaire-gérant de Tropical Aquarium.

Fiscalité
Les industriels demandent un allègement
Le président du Syndicat de Madagascar (Sim) Stéphane Raveloson lance un appel pour plus de patriotisme économique sur les produits industriels malgaches. Par ailleurs, il monte au créneau pour dénoncer les contrôles fiscaux effectués par les agents du fisc actuellement. Selon lui, « Les contrôles reprennent de plus belle sans plus respecter la périodicité exigée. Les descentes sont faites de façon inopinée et de plus en plus souvent. » Et d’ajouter : « Nous comprenons que l’État ait besoin d’augmenter son assiette fiscale mais nous 

demandons à ce qu’il y ait une collaboration entre les deux parties puisque nous sortons à peine d’une crise dont les conséquences se font encore sentir. Pour l’heure, nous demandons un allégement fiscal établi sur une période de six mois pour laisser les industriels souffler un peu et reprendre le dessus. » 

Agriculture
La Sidema peine à se redresser
Le sort des sociétés d’État à Madagascar se ressemble tristement. Quelques-unes ont réussi à se redresser après avoir suivi un plan de redressement pendant que d’autres survivent comme elles peuvent. C’est le cas de la Sidema ou Société industrielle pour le développement du machinisme agricole. « Actuellement, nous ne pouvons pas produire le maximum de notre capacité car nous manquons de moyens financiers. Nous travaillons ainsi à la commande pour faire tourner la boutique », explique Fiankinana Rakotondrasoa, le directeur général de cette société qui fabrique des machines agricoles. Selon lui, « 80 % des Malgaches sont des agriculteurs mais la plupart d’entre eux ne peuvent pas se payer nos équipements ». L’aide de l’État serait ainsi sollicitée pour permettre la mise à disposition de ces machines au plus grand nombre. 

Parallèlement, le responsable attend la collaboration de divers partenaires financiers étrangers, du fait même qu’il y a plus de visibilité actuellement pour les investisseurs. 

 

Pages réalisées par Tsinjo

A LIRE AUSSI
COMMENTAIRES
Identifiez-vous ou inscrivez-vous pour commenter.
Fermer