Ils font bouger les lignes
9 août 2016 - In & Out commentaires   //   2418 Views   //   N°: 79

Mihanta Ramanantsoa : Beauté solidaire

Fraîchement diplômée du Centre d’étude de diplomatie et de stratégie, Mihanta Ramanantsoa a finalement opté pour le commerce équitable. Lancée en juin dernier, sa marque entend offrir un nouvel élan aux produits cosmétiques naturels. Diplômée en phytothérapie et en aromathérapie, Docteur en pharmacie par surcroît, elle tire autant parti des recettes ancestrales locales que des connaissances scientifiques les plus modernes. Des matières premières du Sud comme l’huile végétale de baobab, l’huile essentielle de niaouli ou encore les argiles sont mixées pour offrir une gamme de soins aboutie. « J’ai mes propres revendeuses à Toliara, elles s’assurent par cette activité des revenus stables. J’achète aussi l’huile de baobab auprès d’une association de personnes en situation de handicap. » Une démarche solidaire, qui selon elle, permettra au vita malagasy de se hisser sur le marché international.

Corinne Natacha Rabesoelina : Capital forêt

« Un arbre disparu, cinq de retrouvés ! » C’est la devise de la start-up The Woodway dirigée par la jeune entrepreneure Corinne Rabesoelina. Lancé depuis cinq ans, The Woodway, spécialisée dans la conception de mobiliers éco-responsables, donne l’exemple dans le secteur du bois à Madagascar en s’engageant à replanter cinq arbres pour un arbre coupé. La société puise ses ressources et plante des arbres dans la forêt de Fanalamanga, du côté de Moramanga. « Cela fait une quarantaine d’années que ma famille est dans le secteur du bois. Avec une destruction de 200 000 hectares de forêts par an dans le territoire national (données de l’Organisation des États-Unis pour l’alimentation et l’agriculture – FAO), il est impératif de restaurer notre capital nature. »

Contact :
Corinne Rabesoelina : 033 14 153 64

Miora Rakotoarivelo : Une Malgache à Cancùn

Le projet Appad (Approche participative de production agricole durable) familiale de Miora Rakotoarivelo a séduit le jury du troisième Forum international jeunesse et emploi vert (FIJEV) organisé par l’Organisation internationale de la Francophonie (OIF). Grâce à son envie d’accompagner les paysans en leur transférant le savoir-faire technique nécessaire pour améliorer leur production, cette jeune agronome et consultante auprès du Centre de coopération internationale en recherche agronomique pour le développement (Cirad aurait dû représenter Madagascar lors de ce forum qui regroupait du 20 au 24 juin à Mocton (Canada) différents porteurs de projets de pays francophones. Manque de bol, un retard au niveau de l’octroi de son visa ne lui a pas 

permis d’y participer alors que cela aurait pu être une bonne occasion de présenter son projet à de potentiels partenaires et bailleurs. Heureusement pour elle, elle pourra se rattraper à l’Institut de la Francophonie pour le développement, toujours au Canada, où elle est invitée du 9 au 14 août. Elle représentera aussi Madagascar au Global Youth Biodiversity Network durant la Conference of the Parties (COP) 13 de Cancùn, au Mexique en décembre. Bon vent !

Éléonore Johasy : « Mobilisés contre le palu »

Depuis 2005, la société Bionexx ne cesse d’accroître sa production d’artémisinine, une molécule extraite de la plante Artemesia annua qui sert à fabriquer des médicaments contre le paludisme. « En 2015, la production a été de 10,6 tonnes, soit près de 200 millions de traitements. Pour 2016, nous espérons atteindre les 17 tonnes », explique Éléonore Johasy, directrice des ressources humaines et de la communication et chargée d’appui opérationnel. Son principal client est l’entreprise pharmaceutique Novartis, qui commercialise le Coartem 80/480. En plus de vouloir augmenter sa production, Bionexx vise aussi à élever le taux de l’artémisinine dans la plante, qui est pourtant déjà l’un des plus élevés au monde (entre 0,8 et 1 %). Pour y arriver, 450 collaborateurs sont mobilisés, dont des paysans, des chercheurs, des industriels, des agronomes…

A LIRE AUSSI
COMMENTAIRES
Identifiez-vous ou inscrivez-vous pour commenter.
Fermer