Holy Rakotoarisoa : Un trail pour tous
3 juillet 2014 - AssociationsNo Comment   //   2704 Views   //   N°: 54

Engagée sur le terrain associatif pour l’intégration sociale du handicap, elle a voulu faire la démonstration qu’une déficiente visuelle pouvait prendre la ligne de départ d’une course de montagne aussi réputée que l’Ultra trail des Ô plateaux. Résultat, elle a remporté le trophée du courage. 

Trente kilomètres en montagne de Carion à Tana, c’est le parcours que Holi Rakotoarisoa a réalisé en sept heures en mai dernier, dans le cadre de la sixième édition de l’Utop (Ultra trail des Ô plateaux). Une participation qui a permis de montrer à la directrice et fondatrice de l’ONG Merci (Madagascar Education and Resource Center Intitiated for all People with Disabilities), que le handicap ne constitue pas un frein dans les activités sportives ni dans la société en général. Ellemême présente une déficience visuelle sévère. « J’étais la seule concurrente qui présentait un handicap, les autres se sentent sans doute exclus de ce genre d’événements, c’est dire le chemin qu’il reste à parcourir. Je pense avoir fait passer le message que ce soit au niveau des organisateurs ou des personnes dans le même cas que moi. » L’un des premiers objectifs de son association est précisément l’intégration sociale des personnes handicapées, ou « autrement capables » comme on dit aujourd’hui.

L’Ultra trail des Ô plateaux est une course organisée sur les hautes terres centrales depuis 2009. Parcourir les 30 km n’a pas été chose facile pour la jeune femme qui bien entendu n’a pu repérer le terrain avant la course. « Sur 30 km, c’est impossible d’apprendre tout le parcours par coeur.

C’est pourquoi j’ai dû être accompagnée de ma nièce qui me servait de guide. » Elle a également pu convaincre une amie malentendante, Manuella Anjaratiana, ainsi qu’une stagiaire de son association à concourir avec elle. Au final, elles étaient quatre femmes à représenter l’ONG Merci, ce qui leur a valu le trophée du courage intitulé Un Trail pour tous. « Pour moi, c’est une réelle victoire.

J’ai perdu la vue à 7 ans et j’ai été confrontée à bien des difficultés que ce soit au niveau des études ou de la vie professionnelle. Il est temps qu’on regarde le handicap autrement, et tant mieux si j’y contribue. » Rappelons que Madagascar avait participé en 2012 aux Jeux paralympiques de Londres avec trois athlètes : Max Manahira, spécialiste en 1 500 m sur fauteuil roulant chez les hommes, Tsimazava, médaillée d’or aux 200 m aveugle aux Jeux des îles de l’océan Indien de 2007, et Francline, médaillée d’or aux 800 m sur fauteuil roulant à ces mêmes Jeux des îles. Autant de leçons de courage et d’émulation pour tous.
 

 

Holy Rakotoarisoa : 032 05 035 44

 

Aina Zo Raberanto

COMMENTAIRES
Identifiez-vous ou inscrivez-vous pour commenter.
[userpro template=login]