Hanta Tiana Ranaivo Rajaonarisoa : Serial entrepreneuse
1 juillet 2015 - Éco commentaires   //   7340 Views   //   N°: 66

Hanta Tiana Ranaivo Rajaonarisoa aurait-elle le don d’ubiquité ? Car elle est sur tous les fronts. A tout juste 23 ans, elle est non seulement chef d’entreprise, gemmologue, mais aussi traductrice pour la revue de bord d’Air Madagascar. Mais où s’arrêtera-t-elle ? 

Qui a dit que la valeur n’attend pas le nombre des années ? Il y a quatre ans, fraîchement diplômée d’une université californienne en Administration Business, Hanta Tiana Ranaivo Rajaonarisoa décide de revenir à Madagascar pour créer sa propre entreprise. « Je voulais une société avec des valeurs pour protéger la nature », lance-t-elle avec conviction. Elle décide alors de mettre en œuvre un projet d’étude axé sur le développement durable sur lequel elle avait bossé à l’Université. Et ce qui devait lui permettre à la base de valider sa formation est devenue Bio Mada, une société autofinancée avec un chiffre d’affaires de 20 millions d’ariary par an !

Au catalogue de Bio Mada, deux produits très innovants à base d’huiles essentielles de pin et de citronnelle : un répulsif antimoustiques (Mousti’Fluid) et un déodorant antitranspirant (Fraich’Air). « L’approche stratégique pour minimiser les coûts de production a été d’utiliser des matières premières revalorisées et de faire de la récupération. Je voulais un produit abordable, naturelle, écologique et accessible. » Pour cela, elle a son propre alambic dans une forêt de pins à Moramanga.

Et c’est un succès ! Sa société ne cesse de se développer. Si pour commencer, ses produits n’ont été distribués que dans deux pharmacies d’Analakely, elle commence à les diffuser dans le Sud, à Fianarantsoa, Ihosy et Toliara. Elle travaille avec des grossistes répartiteurs qui lui commandent pas moins de 2 000 produits par mois.

Cerise sur le gâteau, elle vient de rafler à la Réunion en mars dernier la première place du concours régional, thème « Développement-Croissance », organisé par Synergie Jeunes en partenariat avec la Commission de l’océan Indien et l’association Jeune Patronat de Madagascar. Une success story qui a commencé avec sa candidature pour le concours national, après quoi elle a exposé ses idées et sa vision d’une société axée sur le développement durable aux couleurs de la Grande Ile devant un jury à La Réunion. La victoire lui a permis de gagner une dotation de 2 000 euros ajoutée à une expertise d’une valeur de 4 000 euros de la Nexa (Agence régionale de développement d’investissement).

Le secret de sa victoire ? Une bonne préparation et surtout de bons coachs, car selon la jeune femme : « On ne peut pas réussir tout seul. » Pour le concours, elle a bénéficié de l’aide d’Andritiana Ravalomando et de Tahiry Ramanantsoa du réseau YALI (Young African Leaders Initiative), une initiative du président Obama visant à former la nouvelle génération de leaders africains.

En créant sa société, elle ne cherche pas seulement à gagner de l’argent, mais aussi à partager. Elle effectue ainsi des dons ponctuels de ses produits dans des centres de santé de base dans tout Madagascar, à commencer par Mananjary. Ce qui lui a valu les honneurs de la Première Dame Voahangy Rajaonarimampianina qui l’a reçue chez elle et l’a invitée lors de la Journée Internationale du vaccin contre la poliomyélite en avril dernier.

Last but not least, elle a aussi effectué des études en gemmologie à l’Institut de de Madagascar et officie comme lapidaire, effectuant des contrôle-qualité pour la transformation industrielle de pierres semi-précieuses. Avec tout ça, a-t-elle du temps pour se distraire ? Elle répond par l’affirmative en énumérant ses hobbies, qui la rendent tout d’un coup similaire aux jeunes de son âge, à savoir le sport, la lecture et les soirées entre copains. Et faut-il compter comme un délassement son travail de traductrice pour la revue de bord d’Air Madagascar. ? Alors non, Hanta Tiana n’a pas le pouvoir de se dédoubler, elle est juste une « serial entrepreneuse ».
 

COMMENTAIRES
Identifiez-vous ou inscrivez-vous pour commenter.
Fermer