Hanitra : Malgache et latina !
5 février 2013 - Cousins-cousinesNo Comment   //   2196 Views   //   N°: 37

Après la zumba et la kizomba, la rueda de bachata est la dernière venue des danses de groupe à cartonner à La Réunion. A l’origine de son introduction, une jeune Malgache passionnée de piano et de rythmes latinos…

Hanitra Rayeroux Randriamananjara découvre la musique à l’âge de six ans et demi. Un étrange objet est installé dans la maison que son père adoptif loue à Tana : un harmonium à pédales. La petite fille, intriguée et curieuse, commence à pianoter… Devant l’intérêt qu’elle porte à cet instrument, son père lui trouve un professeur de piano qui va lui apprendre les bases de ce qui deviendra son métier. Musique classique, bossa, variété malgache, elle s’imprègne de différents styles musicaux.
C’est au début des années 2000 qu’elle s’installe à La Réunion et intègre le conservatoire pendant six années en parallèle à ses études. A l’âge de 20 ans, Hanitra devient chef de sa petite entreprise. Naïve, elle rachète la clientèle d’un autre professeur de piano qui profite de son inexpérience. Les 40 élèves attendus ne sont en fait que 28, et les parents des notables qui rêvent de transformer leurs chérubins 

en Mozart des bacs à sable sont des mauvais payeurs. Cruelle désillusion, mais la jeune femme rebondit et s’installe au Tampon, dans le sud de l’île. Sous statut d’auto-entrepreneur, elle se refait peu à peu une nouvelle clientèle et donne également quelques cours dans l’école de musique du grand Rolland Raëlison. 

Mais pour Hanitra, les cours de piano sont essentiellement un moyen de subvenir à ses besoins. Ce qui l’anime, c’est de développer à La Réunion sa deuxième passion, la danse. Hanitra est ici la première à mettre en avant la rueda de bachata, danse romantique et sensuelle de La République Dominicaine, qu’elle qualifie de « danse de pause de la salsa quand on est fatigué ». Comme son nom l’indique, elle allie la sensualité et le déhanchement de la bachata à l’énergie de la rueda (roue en espagnol). Alors que la zumba et la kizomba explosent dans toute l’île, le public répond tout de même présent. Si Hanitra continue à utiliser son piano, ses projets se tournent de plus en plus vers les pas de danse du tango.

COMMENTAIRES
Identifiez-vous ou inscrivez-vous pour commenter.
[userpro template=login]